Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de jaconews-de-tahiti.over-blog.com
  • : Après trois ans d'attente, nous obtenons enfin notre mutation pour Tahiti. Pour nous, commence une grande aventure que nous allons partager avec vous ...
  • Contact

Compteur de visites

Recherche

Heure à Epinal

Heure à Paea

   Vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous voir et à laisser des commentaires : MERCI !!

Si notre blog vous intéresse, vous pouvez vous abonner à notre Newsletter, ainsi dès qu'un article est publié, vous le recevrez dans votre boîte mail !!!

Pages vues depuis juin 2010

                    182409

vivre en Polynésie Francaise

18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 09:08

 

    Marina d'Uturoa, 7h30. Nous embarquons dans la pirogue d'Edwin pour une journée de découverte de Tahaa. La "petite soeur" de Raiatea n'a pas d'aéroport, la seule façon d'y accéder est donc un bateau via Raiatea. De part son relatif isolement, l'île a gardé le charme de la Polynésie d'antan.

Cette petite île de 5000 habitants, bordée d'un magnifique lagon a elle aussi son petit collège. Les motus du nord et de l'est de l'île sont magnifiques avec leur vue sur Bora-Bora. Ce n'est pas pour rien que le "Tahaa Island Resort and Spa", l'hôtel le plus cher et le plus luxueux de Polynésie (avec le "Saint-Régis" de Bora) s'y est installé.

Mais Tahaa est surtout connue pour sa production de vanille. Les spécialistes trouvent son parfum, les arômes qu'elle dégage comme uniques au monde. Tahaa fournit à elle seule 80% de la production de la Polynésie.

 

tahaa 1

 

    Après avoir traversé le chenal entre les deux îles, on remonte vers l'ouest. On longe la plage qui appartient à Joe Dassin. L'endroit est calme, point de chansonnette ni de "on ira où tu voudras quand tu voudras ..." sortant de la cocoteraie, juste le meuglement de quelques vaches qui font du farniente ... 

Il y a aussi quelques fermes perlières à Tahaa. On en a déjà visité plusieurs, mais les "tours de l'île" clef en main, contiennent souvent une visite de ferme perlière. Impossible d'y échapper donc, mais à bien écouter, on se rend compte que chaque ferme a ses façons de procéder notamment pour la greffe, acte très sensible et technique qui conditionne quasiment toute la réussite du processus. Dans cette ferme, les greffeurs sont chinois, réputés comme étant les meilleurs au monde. D'autres fermes privilègient des greffeurs locaux.

 

tahaa 2

 

La matinée s'achève palmes aux pieds et tubas en bouche par une "rando sous-marine" dans un magnifique jardin de corail au nord de l'île.  

Le couloir est parfois étroit entre les patates de corail. Inévitablement, les genoux frottent de temps en temps ... Clém découvre les joies du remède radical contre les éraflures de corail: le jus de citron !!!  L'acidité du fruit dissout les petites particules de corail qui se sont glissées sous la peau, il faut serrer un peu les dents et le tour est joué!

On visite enfin la vanilleraie d'Edwin. On découvre le processus de fabrication de cette orchidée si particulière. Nous sommes en  février, les gousses sont déjà de belle taille. Elles seront cueillies vers avril-mai, avant qu'une autre floraison ne marque le début d'un nouveau cycle. Comme pour la greffe du nucléus dans l'huître perlière, le "mariage" (mise en contact des parties mâles et femelles de la fleur) est un acte délicat, une affaire de spécialistes.

C'est la tige de la fleur qui va alors se transformer en une gousse longtemps inodore. Après 8 mois de maturité, la gousse est récoltée. De courtes expositions quotidiennes (1 à 2 heures max) au soleil vont achever le processus de transformation de la gousse en ... or brun. C'est seulement là qu'elle va développer son incroyable parfum.  

 

tahaa 3

 

 Les parfums dégagés sont alors d'une incroyable puissance !!! Edwin est en rupture de stock, mais Inés arrive in extremis à acheter quelques dizaines de ces fameux batonnets qui feront le voyage vers la France pour parfumer, crèmes anglaises et autres salades de fruits ...

 

tahaa 4

 

Une virée ... décoiffante ... en 4X4 autour et à l'intérieur de l'île est prévue l'après-midi. Au hasard de quelques arrêts, notre guide nous parle de la culture locale truffée d'anecdotes croustillantes.

On découvre les nombreuses vertus du "purau", l'arbre dont les fleurs sont jaunes le matin et rouge le soir quand elles tombent au sol. Le purau (nom tahitien ... nom français ???) est un hibiscus sauvage très répandu en Polynésie. Avec ses feuilles, on peut faire un PQ très résistant (et doux!), avec l'écorce souples de ses branches un lien très solide et avec une baguette de petit diamètre ... une flûte.

 

tahaa 5

 

Rose fera d'ailleurs un petit concert à la poignée de touristes qui partagent notre journée, elle aura droit à une standing-ovation !

 

tahaa 6 

 

 

On passe dans de nombreux jolis villages dont celui de Faaaha !!!

6 lettres, 4 "a" ... soit 66.66 % de "a" dans le nom du village. Le "a" est largement la voyelle la plus représentée en Tahitien (n'habite-t-on pas à Paea, 50% de "a", pas mal aussi).

Donc à la question: "Où habites-tu ?", les habitants de faaaha répondent: "Faaaha à Tahaa" ... 8 "a" sur 12, record battu? ... non, égalé, zut, 66,66% aussi !!!  

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 23:56

 

   Parmi les Iles Sous Le Vent qu'on avait envie de visiter, seules Raiatea et Tahaa n'avaient pas encore été inscrites à notre planning de vacances. Disons plutôt, que c'est Inès qui avait envie de visiter ces deux îles et comme "ce que femme veut ..." !!!  Une demi-journée de visite au salon du tourisme plus tard, nous avons en poche billets d'avion et hébergement pour l'île sacrée ...

Située entre Bora-Bora et Huahine à 210 km de Tahiti, Raiatea a la particularité de partager son lagon avec l'île voisine de Tahaa. Les mythes polynésiens racontent que les deux îles ne formaient qu'une seule et même entité, jusqu'à ce qu'un géant en colère ne les sépare d'un grand coup de la tranche de la main, suite à un chagrin d'amour. 

Raiatea compte un peu plus de 12000 habitants répartis sur les 98 km du pourtour de l'île. Elle est la capitale administrative des Iles Sous Le Vent.

De nombreux marae, vestiges d'anciens et importants lieux de culte sacrés, sont présents sur l'île, dont le marae royal de Taputapuatea, le plus grand et le plus sacré des marae de Polynésie. Mais c'est aussi la densité de ces marae qui donne à Raiatea le titre d'île sacrée.

L'île se distingue également par la fleur du tiare apetahi, petit gardenia blanc endémique du mont Temehani Rahi, l’une des plus hautes montagnes de Raiatea. La particularité et la rareté de cette fleur en ont fait l'un des symboles de l'île. Elle est très protégée mais en voie critique d'extinction à cause d'une cueillette (interdite bien sûr) que certains continuent à pratiquer.

 

raiatea 1

 

   Dans le demi-heure d'avion qui nous permet de rejoindre Raiatea via un arrêt à Huahine, Rose s'amuse à refaire le portrait du pauvre Antoine de Bougainville à qui un article est consacré dans la revue d'Air Tahiti ...

A l'aéroport, Jean-Jacques de la pension de famille "Fare Vai Nui" nous accueille. Puis nous rejoignons notre lieu de résidence pour quelques jours sur la côte ouest de Raiatea, à Vaiaau. On devine Bora au loin, mais on verra mieux "la perle du Pacifique" depuis Tahaa que nous visiterons quelques jours plus tard.

En plus d'un accueil simple et chaleureux, on se sent tout de suite à l'aise dans un des quatre bungalows familiaux qui n'ont rien à envier à ceux de certains hôtels de luxe.

On profitera largement des kayaks mis à notre disposition pour visiter les deux motus en face de la pension, accompagnés par des tortues et des dauphins, les filles iront s'amuser dans la piscine et le pêche depuis le ponton sera fructueuse.

La vue depuis la pension est plutôt sympa, la cuisine de Chantal exquise et les couchers de soleil somptueux.

 

raiatea 2

 

Tous les ingrédients pour passer quelques jours de repos sont réunis. Et il n' y a rien de tel qu'un petit verre de Chardonnay pour apprécier ces sympathiques moments. Même Clém dans l'euphorie se laissera aller à une petite gorgée de vin blanc !!!  

Uturoa, la principale commune de l'île fleure bon la petite bourgade Polynésienne où il fait bon vivre. Oubliés les bouchons de Papeete, les bâtiments délabrés et l'effervescence "de la ville" : ici les trucks (qui ont presque tous disparu à Tahiti) ont encore de beaux jours devant eux, les rues sont propres et le centre ville agréable.  On profite de la fraîcheur des produits du marché municipal pour préparer le pique-nique de notre journée "tour de l'île".

 

raiatea 3

 

On visite le marae le plus important de toute la Polynésie (par sa taille et son caractère sacré) au sud-est de l'île et, Val et Clém re-re-re-re-re-re-re-re-redécouvrent les traditions et la culture Polynésienne ...

Le site, en bord de lagon est joli, assez bien entretenu, mais ces marae, aussi sacrés soient-ils restent des "tas de cailloux" disposés un peu toujours de la même façon.

 

raiatea 6

 

   Donc chez Jacos, on ne s'extasie pas des heures devant ces monticules de pierres ... on préfère flâner, en s'arrêtant pour se promener quand le paysage nous "inspire". L'intérieur de l'île est verdoyant et les rivières coulent fort, puisqu'on est en pleine saison des pluies. Mais la végétation luxuriante et l'absence de chemins nous empêchent de nous aventurer à l'intérieur des terres.

On reste donc plutôt sur le pourtour de l'île pour improviser une pêche au crabe (bien joué Val, pour une fois, il s'est méfié, il ne s'est pas fait pincer !) ou une séance de poutre sur un cocotier écroulé. 

 

raiatea 4

 

    On apprécie l'ambiance ... tranquille de l'île et on mesure la différence avec Tahiti, à peine plus grande mais 20 fois plus peuplée !!!

 

raiatea 5

 

Le collège de Faaroa d'Uturoa n'aurait-il besoin d'une prof de Français et d'un prof d'EPS ? Il est possible que deux profs que je connais bien, après un séjour dans l'agitation et le stress de Métropole, soient tentés par ce petit collège ...tranquille !! 

 

raiatea 7

 

   Diana Ross a acheté un magnifique motu sur la côte ouest de l'île. Nous, on en a repéré un autre au sud-ouest de l'île qui pourrait acceuillir notre petit faré famillial. Nous n'avons pas le même budget que la star américaine, mais celui-ci devrait convenir. Et on ne risque pas d'être embêté par les voisins ...   

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 08:37

    En Polynésie, la monnaie utilisée est le Franc Pacifique. Son taux de change avec l'Euro ne varie pas et est établi sur la base de 1€ = 119 XPF.

Il existe des billets de 500, 1000, 5000 et 10000 Francs et des pièces de 1, 2, 5, 10, 20, 50 et 100 Francs. Après l'abandon de nos vieux Francs de métropole au profit des Euros, nous utilisons à nouveau  les Francs depuis trois ans !!!

C'est marrant de voir comme les Tahitiens se sont appropriés des expressions de Métropole (qui sont devenues désuètes en France) mais qui connaissent encore de belles heures en Polynésie. Ainsi les Francs sont restés "des balles". Cette expression est vraiment dans le langage courant ici, une baguette coûte 53 balles, le "tas" de citrons des Marquises 500 balles, un A/R pour Auckland 60000 balles.

Dans le même ordre d'idée, un tricot à Tahiti est un tee-shirt et des savates sont des tongs ...

Le taux de change du FPC par rapport à l'Euro est tel que les joueurs à l'Euromillion ou au loto sont susceptibles de gagner plusieurs milliards de Francs !!! On ne se lasse pas à la télé de voir la pub pour la promo de la Pacifique des jeux (filiale de la Française des jeux) : "Eullo million, c'est calllément baléééze, ce week-énd, ne manquez pas la supelll cagnotte de 3 millialls de Flancs !!!" 

On ne se lasse pas non plus de ramasser les innombrables pièces qui jonchent le sol. En effet, les "toota" (en Tahitiens les pièces en fer blanc de 1, 2 et 5 francs) ne valent presque rien et sont dénigrées. C'est un peu normal, 1 Franc Pacifique, c'est 1:119= 0.0084 € soit 0.84 centimes d'Euro ... Un Franc ne vaut donc même pas 1 centime d'euro !! 

Mais il y en a tellement par terre qu'à notre petit jeu de ramassage de tootas, on a accumulé de quoi se faire largement un bon resto tous les 5 !!!

 

billets 1

 

Revenons à nos jolis billets. Ceux-là ne sont pas dénigrés. Et en plus ils sont très beaux. Plutôt, ils étaient très beaux. Ils sont maintenant remplacés par des billets plus sécurisés et de plus petite taille, plus maniables. Exit les beaux billets finement décorés de motifs Polynésiens souvent d'inspiration coloniale. Ils étaient en circulation depuis 1967 et étaient donc devenus obsolètes. Les voilà remplacés par de plus petits billets avec une face Polynésienne, une face Calédonienne et quelques rappels de motifs wallisiens (les FPC ont cours dans ces trois archipels).

 

billets 2

 

    Comment finir cet article sur les nouveaux billets Polynésiens sans évoquer la tentative d'écoulement de "Patu" (prononcez Patou, salut vieux Fitz !!!) par le roi de la République Pakumotu Athanase Teirii...

Explications : A Tahiti, depuis quelques années, un roi fantoche se disant descendant d'anciennes dynasties royales revendique sa légitimité à diriger la Polynésie, ou plutôt la République Pakumotu puisqu'il ne reconnaît pas la Polynésie et son appartenance à la France.

Les quelques dizaines de fidèles qui le suivent n'ont pas trouvé de meilleure idée que de profiter du changement de billets pour tenter d'écouler et de mettre en service la monnaie qu'ils ont créée, le Patu.

 

BILLETS 3

 

    Ils ont réussi à abuser quelques commerçants, mais quand la supercherie a été découverte, gendarmes et policiers sont intervenus auprès du roi et de sa garde rapprochée. Après quelques échanges de coups de feu (si, si, le mouvement jusqu'à présent plutôt pacifique et ... rigolo a montré un autre visage), et la saisie de millions de Patu,  le bon roi Pakumotu est parti menoté pour un petit séjour à la prison de Papeete.

La Polynésie devenue monarchie absolue, ce n'est donc encore pas pour maintenant !!! 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 03:09

 

     Pour poursuivre notre petite série d'article sur les choses à faire ou à découvrir sur notre bonne vieille île de Tahiti quand on est en vacances, en week-end ou quand on reçoit famille et amis de métropole, partons pour un petit tour de l'île.      

carte mara

 

On commence le "Tahiti tour" chez nous, de Paea sur la côte ouest direction le sud et la presqu'île.

 

On passe devant les grottes de Maraa. Un court arrêt s'impose, plus pour découvrir les légendes et le caractère sacré du site, que pour le site en lui-même, sympathique sans plus. 

 

Plus loin, après Papara, à Mataiea, les jardins d'eau de Vaipahi. Le départ de rando, le jardin aquatique et l'arborétum sont magnifiques et méritent une longue visite (voir article déjà fait).

 

Mais juste avant, un autre endroit à forte valeur spirituelle pour les Tahitiens est à visiter: la source Vaima. C'est une énorme résurgence qui crée une rivière à peine longue de 50 mètres avant de se jeter dans le lagon. Ses eaux fraîches en font un lieu de baignade prisé.

 

vaima maraa

 

carte papeari

 

    Avant d'arriver à la presqu'île, les environs de Papeari sont très jolis. C'est assez sauvage, on est loin de la ville, loin des embouteillages de Papeete, les fares sont espacés, il y a de la place pour la culture  et les jardins.

 

Le jardin botanique est très chouette (voir un article déjà fait). Par contre, le musée Gauguin est décevant. Par exemple, aucune oeuvre originale n'y est visible, il n'y a que des reproductions ! Le musée a été "pillé" par les grands musées européens et américains. Papeari est pourtant la commune où Gauguin a vécu toute sa période Tahitienne.

 

En face du musée et à côté du jardin botanique, on trouve un joli spot bien entretenu avec une belle plage publique. Le sable est noir, le côté "carte postale" de Tahiti en prend un coup, mais l'endroit est tranquille et parfait pour la baignade, la gym et les batailles de boue.

 

 

plage papeari

 

carte tarava

 

Quelques kilomètres plus loin, on arrive à Taravao. Sur les hauteurs de la ville, on rejoint le plateau de Taravao par une route qui fut un jour goudronnée mais qui est aujourd'hui complétement défoncée.

 

C'est un endroit verdoyant duquel on peut voir les deux côtés de Tahiti Nui (Tahiti "la grande").

 

Mais ce qui caractérise le plus ce site étonnant, est la présence en très grand nombre ... de vaches. Eh oui, oublié le décor de cocotiers, de lagon et de sable blanc, on est bien dans un décor de vertes prairies avec une belle herbe bien grasse et des champs cloturés par des barbelés entourés de grands arbres feuillus !!!

 

Cet endroit n'est pas pour rien surnommé "la petite Normandie".

 

 

taravao

 

carte trois cascades

 

On file maintenant sur la côte est pour rejoindre le trou du souffleur et les trois cascades.


L'intérieur de l'île regorge de cascades mais souvent leur accès ne peut se faire qu'au prix de longues randonnées.


Ici, trois magnifiques cascades sont accessibles en quelques minutes, c'est l'endroit idéal pour le remake de la fameuse pub "Tahiti douche".

Cette côte de l'île est la plus exposée aux vents dominants d'est, c'est donc la côte la plus arrosée de Tahiti. Quasiment à chaque fois que nous avons visité ces cascades, c'était sous de véritables trombes d'eau.

 Coup de bol, la dernière fois avec les Jacos de Rongère, il faisait beau, on a pu faire des photos, notamment dans la belle bambouseraie bordant l'accès aux cascades.  

 

trois cascades

 

    Juste après les trois cascades, impossible de manquer "le trou du souffleur". Un trou dans la roche volcanique souffle violemment air et goutelettes d'eau quand la houle s'engouffre dans une caverne sous-terraine.

Devant le trou, ça peut être calme pendant 30 secondes, une minutes ou plus ... Côté océan (il n'y a pas de récif), les vagues frappent la berge sans conséquence les unes derrière les autres ... et tout à coup, une vague un peu plus grosse que les autres produit le phénomène: dans un vacarme assourdissant un souffle impressionnant jailli du trou pendant une ou deux secondes. Même quand on s'y attend, c'est surprenant ... et décoiffant, frayeur et fou rire garantis !!!

 

souffleur

 

carte venus

 

Après avoir longé les belles plages de sable noir de Papenoo, la pointe Vénus à Mahina, haut lieu de baignade pour les citadins de Papeete les week-end, est intéressante historiquement. C'est ici que L'Indeavour du capitaine Cook mouillait quand il venait à Tahiti (comme d'ailleurs les autres explorateurs Wallis et Bougainville).


Et nous sommes aussi sur les lieux de la célèbre mutinerie du Bounty. Quelques années après la découverte de Tahiti par Cook, une mutinerie éclate à bord du Bounty, venu en Polynésie ramener le célèbre arbre à pain, le uru. Fletcher Christian prend le commandement du navire au Capitaine Bligh. Les mutins décident de rester à Tahiti, persuadés d'avoir trouvé le paradis sur terre.


Le nom de "Pointe vénus" est dû à Cook, qui y construisit en 1770 un observatoire pour observer Vénus. Le phare dans sa configuration actuelle date de 1867.

 

venus

 

Le tour de l'île peut se finir en visitant Papeete au nord.

Mais comment finir la présentation du tour de l'île sans parler des monuments qu'on rencontre en très grand nombre, à savoir les églises. La densité des églises de tous styles sur la route de ceinture est vraiment impressionnante. C'est ce qui marque bien souvent le plus les visiteurs. Et même si beaucoup de Tahitiens vivent très modestement et même pour certains dans une extrême pauvreté, dans des maisons souvent délabrées, les églises sont toujours impeccables !

La religion draine des foules colossales en Polynésie. Chaque Polynésien fait forcément partie d'une paroisse et s'y dévoue souvent corps et âme !!! 

eglises

 

Beaucoup de religions sont pratiquées à Tahiti. On trouve des catholiques, des protestants, des Jéovah, des mormons, des adventistes, des sanitos ... et comme chaque religion a son temple ou son église dans sa commune, et qu'il y a environ 20 communes à Tahiti, ce sont plus de 100 bâtiments dédiés au culte que l'on peut voir sur les 120 km du tour de l'île !!!

Parfois en quelques centaines de mètres, on voit trois ou quatre églises de confessions différentes à la suite ...

Alléluia !!!

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 07:31

     Comme écrit dans le précédent article, des vacances à Tahiti n'ont rien d'une sinécure. Et comme les activités "aquatiques" ne manquent pas, on en profite à fond.

La piscine, par exemple. Aux dernières vacances de Noël, comme on n'est pas parti, on n'en a jamais autant profité. On est en pleine saison chaude, la température de l'eau ne descend pas en-dessous de 30°. C'est vraiment le pied. Au cours de nos journées "glandouille", la piscine est le QG de la famille. 

 

PISCINE

 

 Le lagon est propice à une activité dont on ne se lasse, le PMT, palmes/masque/tuba. Le lagon de Tahiti est beaucoup pêché, donc on voit peu de gros poissons mais toutes les espèces que l'on peut voir dans les lagons Polynésiens sont rencontrées. Sur les photos, des chromis dans du corail en branche (en haut à gauche), un petit poisson perroquet brouteur de corail (bleu clair et foncé) et  un chirurgien moucheté (en bas). Dom, passionné par cette activité, complète sa collection de coquillages (et pense à Marie pour que la sienne soit complétée aussi, coucou Marie).

 

pmt

 

La venue de Sandra avec les amis Fanny et Fabrice , la présence d'énorme requins tigres régulièrement observés près de nos côtes et ... le retour imminent des Jacos en métropole ont redonné l'envie à Dom de plonger.

Voici quelques une des meilleures photos prises par la semi-professionnelle Sandra (tortue verte, baliste géant, murène javanaise, carangues bleues et noires, perches à raies bleues) lors de nos dernières plongées. 

 

vallee blanche

 

     Mais en plongée, notamment sur le site de "la vallée blanche", ce sont les requins qui sont les méga-stars. Le nourrissage pratiqué par quelques centres de plongée les attire en grand nombre.

 

vallee blanche 2

 

    Mais Dom n'oublie pas sa principale passion. Seul, avec Val, avec ses potes ou avec nos visiteurs (coucou Daniel), il est bien rare qu'il ne se passe rien au cours de ses parties de pêche. Souvent des poissons trop gros engendrent casse de canne, ouverture de l'hameçon ou démontage de la tresse, mais les valeurs sûres, bonites et petits thons sont généralement au rendez-vous. Les dernières parties de pêche ont été bien prolifiques pour ces deux espèces (hummmmmm les sashimis de thon qu'on s'est mangé !!!!).  

 

PECHE

 

     Le bateau est aussi utilisé pour les "sorties dauphins". Voir ces petits mammifères s'éclater en passant devant la proue du bateau est garanti à 50% dans la passe de Maraa, la passe par laquelle on sort pour rejoindre l'océan. Mais comme les dauphins ne sont pas toujours là, il est souvent nécessaire de pousser jusqu'à l'embouchure de la rivière Punaruu où ils se rassemblent en grand nombre tous les matins après la pêche au large nocturne.

    On ne se lasse pas de les voir faire toutes sortes de cabrioles dans l'eau et en dehors de l'eau. Quelle agilité !!! C'est une autre espèce de dauphin que celle avec laquelle Clém a fait joujou à Moorea. Ces dauphins de petite taille sont présent toute l'année près des côtes de Tahiti.

 

dauphins

Pour Inés, un pique-nique tranquillou sur le lagon avec son mari après une petite séance de PMT pour occuper une journée de vacances est l'activité idéale. Sur le bateau, on n'est pas gêné par les voisins et on peut apprécier le petit festin de grignoteries et notre café (si, si, Inés pense à tout) en toute quiétude. 

 

bateau lagon

Côté terre, même si les choses à faire et les spots à découvrir à Tahiti ne sont pas innombrables, pas mal de coins valent le détour. Rendez-vous pour découvrir ces incontournables de Tahiti où on va régulièrement se promener (et dont on n'a pas encore parlé dans le blog) dans le prochain article !

Partager cet article
Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 03:13

 Pendant les vacances ou quand nous avons des visiteurs, on ne met pas toujours des milliers de kilomètres entre nous et Tahiti. On profite au maximum de la "grande île" d'autant plus que notre exil Polynésien de 4 ans s'achève dans quelques mois ...

Et il faut bien avouer que rester à Tahiti pendant les vacances n'a rien d'une punition !!! Un lagon superbe, du soleil à gogo, une belle maison avec piscine, et tant d'autres choses encore rendent nos vacances "à domicile" très agréable. Ce fut le cas d'ailleurs pour nos dernièrers vacances d'été et de Noël.

Parmi les visites culturelles à Tahiti, de petits musées sont sympathiques mais à nos yeux, seuls deux valent vraiment le coup. A Papeete, le musée de la perle présente l'histoire de la perliculture et la perliculture aujourd'hui comme principale ressource (avec le tourisme) pour la Polynésie. Les techniques de greffages sont décrites, ainsi que le développement de la perle au coeur de la nacre. On peut voir quelques perles exceptionnelles par la taille, le lustre et la couleur et bien d'autres choses encore.

Mais ce musée crée à l'initiative de Robert WAN, le magnat de la perle noire, est aussi une boutique où quelques sympathiques colliers sont en vente. C'est bientôt la Saint-Valentin, les hommes sont souvent en panne d'idées ... un bon filon : un collier en perle de Tahiti. J'en ai repéré un à 48 millions de Francs Pacifiques (402247 €), chouette idée cadeau, non ???

 

musee de la perle

 

A Punaauia, le musée de Tahiti et des îles présente toutes les facettes de la culture océanienne.

Entre autres petites merveilles à découvrir, des pirogues en pièces de bois assemblés avec des liens en bourre de coco datant du début du 20ème siècle y sont magnifiquement conservées.

Le musée est situé en bord de mer au milieu d'un bel arboretum. Une demi-journée de visite peut y être consacrée.

 

musee tahiti

 

Et pour détendre des cerveaux bien remplis, quoi de mieux qu'un petit apéro cocktail dans un des magnifiques hôtels du bord de mer? On profite à fond des "happy hours" (cocktails à moitié prix entre 17h30 et 18h30) pour se prélasser entre amis ou en famille dans des environnements magnifiques. D'ailleurs, il arrive même de plus en plus souvent qu'Inès et Dom s'offrent ce petit plaisir en amoureux, le jeudi soir par exemple, quand Clém est à la danse, Rose à l'athlé et Val à la maison en train de faire ses devoirs ...

 

happy hour

 

Et pour les estomacs, les vacances ou les week-end sont l'occasion de profiter des fameuses roulottes du bord de route ou de la place Vaiete. Ce n'est pas de la grande cuisine, mais c'est toujours bon, copieux ( très copieux) et peu cher.

 

roulotte

Et souvent, on a un peu l'impression de se sentir comme à la maison !!! 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 08:17

Enfin ... depuis le temps que Clém attendait ce moment ...

Depuis que nous sommes à Tahiti, nous étions allés plusieurs fois voir le Moorea Dolphin Center. On avait bien senti que Clém mourait d'envie de participer à un des programmes éducatifs que propose le centre basé à l'hôtel Intercontinental. Maman et papa ont donc profité de son anniversaire fin août dernier pour lui offrir ce dont elle rêvait : La possibilité de passer un moment à jouer avec un dauphin, pour le toucher, l'embrasser ... Seulement, nous n'avions pas encore trouvé le temps de nous "bloquer" quelques jours pour lui offrir son cadeau, voilà ce manquement à nos obligations parentales réparé ...

Trois dauphins du genre Tursiops (le grand dauphin, le même que le célèbre " Flipper"), habitent les vastes bassins du Dolphin Center. Différents programmes sont proposés pour rencontrer les dauphins et apprendre à les connaître. C'est une association qui gère le centre et l'argent gagné est investi dans la protection de l'océan, Te moana.

 

dauphin 2

 

Le soigneur parle un peu de la vie des dauphins, des différentes espèces de cétacés que l'on rencontre en Polynésie, et donne les consignes de sécurité à respecter au contact des animaux mais rapidemment, tout le monde se met à l'eau pour découvrir les incroyables capacités du grand dauphin. Inès ne manque pas d'immortaliser cet instant magique pour Clém qui est assez impressionnée au début.

Lokahi, un des deux mâles du Dolpin Center, aux ordres du sifflet du soigneur, enchaîne alors les cabrioles, les accélérations, les éclaboussures et ... les bisous.

 

dauphins 3

 

Les sauts que fait Lokahi hors de l'eau sont impressionnants. Comment fait-il pour propulser à 5 mètres au-dessus de la surface ses 230 kilos ???

Clém est aux anges, impressionnée par la docilité du mastodonte.

 

dauphin 4

 

Même si le soleil n'est pas très génereux ce matin-là sur Moorea, la photo souvenir de la petite heure passée par Clém en compagnie d'un grand dauphin aura droit à un agrandissement et à un tirage papier photo en grand format !!!

 

dauphin 1

 

Alors qui mieux qu'elle peut conclure ce petit article ...

Papa: "Alors Clém, c'était comment ?"

Clém: "Ben, j'chais pas, tout était magnifique, j'chais pas, c'était ..."

Papa: "Tu m'aides pas trop pour la conclusion de mon article, dis-moi si y'a un truc que t'as adoré, ce qui t'as le plus plus plu, je sais pas moi, de le toucher, de jouer avec, de voir à quelle vitesse il nage ..."

Clém: "Ben, j'chais pas, non, ben, non,  tout était génial ..."

... bon, d'accord ...    

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 23:46

    Sur tous les archipels du Pacifique où les explorateurs ont débarqué au 18ème siècle, ils ont découvert des populations tatouées souvent de la tête aux pieds. Les tatouages correspondaient souvent à des rangs sociaux au sein de tribus mais revêtaient aussi un caractère religieux, sacré. C'est pour cette raison qu'ils ont été interdits par les missionnaires jusqu'à tomber partout en désuétude.

C'est seulement vers les années 80 que la recherche d'identité des peuples du Pacifique a fait renaître l'art du tatouage Polynésien qui avait pratiquement disparu.

La particularité du tatouage Polynésien réside dans ses motifs figuratifs. Chaque petit symbole représente une idée, un lieu géographique ou une personne. Et ils sont différents qu'ils viennent de Tahiti, de l'Ile de Pâques, Des Marquises, des Iles Cook, de Nouvelle-Zélande ou de Hawaï ...

  tatoo 1

 

    De plus en plus de jeunes Polynésiens se font tatouer mais nombreux sont les "popaa" (blancs en tahitien, nous donc ...) qui succombent au charme de cet art. Au dernier Heiva au musée de Tahiti et ses îles, Rose n'a pas laissé passer l'occasion de se faire tatouer gratuitement le motif qu'elle voulait sur son bras : un poisson. Le tatoueur lui a dessiné un joli mahi-mahi dont elle n'est pas peu fière !!!

 

 

tatoo 2

 

 

Comme beaucoup de nos amis "locaux", Inès a aussi succombé à la beauté et à la finesse des motifs Polynésiens. Elle a "copié sa fille" en allant se faire tatouer de magnifiques volutes sur le haut du dos. On peut reconnaître le soleil de Tahiti au-dessus de son omoplate mais bien d'autres autres messages et symboliques se sont glissés dans son tatoo.

 

 

tatoo 3

 

... Tatau est le nom Tahitien du tatouage. La langue tahitienne a emprunté beaucoup de mots au Français. A l'inverse, le Français ne s'est pas beaucoup inspiré du Tahitien sauf pour deux mots : l'interdit, le tabou, vient du Tahitien "tabu" (d'ailleurs le "tatau" à Tahiti a longtemps été déclaré "tabu").

Le deuxième mot français issu du Tahitien est tatouage qui vient du tahitien "tatau". Preuve, s'il en fallait encore une, que le berceau du tatouage est bien la Polynésie.

 

Inés la dynamique, la superwoman de la famille est maintenant en plus dotée à tout jamais du "mana" (la force, le pouvoir) des anciennes divinités Polynésiennes !!!!

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 12:02

  Avant de prendre l'avion pour rejoindre Papeete, on profite de notre dernière journée de vacances à Santa Monica. C'est la principale station balnéaire, toute proche du downtown de Los Angeles. Santa Monica est un peu pour L.A. l'équivalent de la Croisette pour Cannes ou la Promenade des Anglais pour Nice. Sur la plage se côtoient baigneurs, surfeurs, pêcheurs, sportifs en quête du corps parfait et ... amateurs de balançoires ... 

Tous les 300 mètres, les cabanons bleus des sauveteurs évoquent irrésistiblement toutes sortes de séries américaines.

 

sm1

 

   La principale attraction de Santa Monica est le vieux Pier (ponton) en bois de 1908 où sont aménagés restaurants, manèges et boutiques. Nos derniers dollars partiront dans la grande chenille que seule Rose, la cascadeuse de la famille, veut affronter. Val, sympa, l'accompagne.

On s'aperçoit alors que Santa Monica est l'extrêmité ouest de la Route 66 qui traverse tout le pays ! Nos vacances avaient commencé sur cette route, c'est là aussi qu'elles s'achèvent.

 

sm 2

 

    Le soir, on rejoint l'aéroport, Rose en profite pour finir la cargaison d'exercices donnés par sa maîtresse Sandrine. C'est tout sauf une punition pour elle qui adore faire des exercices (ça ne va sûrement pas durer !!!).

 

sm 3

 

Elle aura bien mérité un dernier "petit" cookie américain, base de notre alimentation pendant deux semaines, hmmm, c'est si bon un bon cookie américain ...

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 05:46

    Les mises en garde concernant les extrêmes températures rencontrées en été dans le parc ne manquent pas. Dans tous les guides touristiques, on peut lire :" La soif, comme la douleur est une alerte, emportez beaucoup d'eau et buvez au moins 4 litres d'eau par jour", "restez impérativement sur les routes goudronnées", "si vous ressentez des étourdissements, des nausées, des maux de tête, mettez-vous à l'abri du soleil et buvez beaucoup d'eau. Humectez vos vêtements afin de baisser votre température corporelle", "ne roulez pas trop vite, la principale cause cause de mortalité à Death Valley est un accident impliquant un seul véhicule. La longue attente des secours en pleine chaleur peut être fatale" ...

Aux entrées du parc, de nombreus panneaux mettent aussi les visiteurs en garde. Dans le petit musée de Furnace Creek au centre du parc, le record de la température la plus élevée sur la planète jamais enregistrée est brandie un peu partout comme un trophée: "La vallée de la Mort détient officiellement le record du monde de la température la plus élevée : 57° C ( ... à l'ombre évidemment ... on peut imaginer ce que ça peut donner en plein soleil ...). 

Chez les Jacos de Tahiti, on aime le chaleur et le soleil, mais on est quand même content de visiter Death Valley fin septembre (le thermomètre de la voiture n'indique que 39°) plutôt que d'avoir à affronter les températures infernales de juillet (moyenne 47°, régulièrement plus de 50°) ... 

 

death valley 1

 

    Malgré tout, quelques courageux végétaux ont réussi à s'adapter aux conditions de chaleurs extrêmes de l'été. On verra aussi quelques coyotes autour de Furnace Creek probablement attirés par les quelques points d'eau du village.

L'ambiance est donc plutot minérale. La roche à nu prend différentes couleurs. Depuis Zabriskie Point, on voit à perte de vue des roches aux couleurs jaunes, grises et orange. C'est superbe.

 

death valley 2

 

    Pour avoir un beau point de vue sur le spot, Clém et Inès restent sagement au point de vue aménagé alors que Dom, Val, et Rose grimpent sur une arête rocheuse pour avoir une vue imprenable rien qu'à eux. Rose a aussi une idée en tête (depuis Monument Valley), trouver des pierres précieuses.

 

death valley 3

 

Après quelques courtes balades, on rejoint "Badwater" ("l'eau mauvaise"). C'est un ancien lac, aujourd'hui quasiment asséché et recouvert d'une épaisse couche de sel (ce n'est pas du sucre ni de la crème chantilly, vérifié et validé par Rose !!!).

Ce nom lui a été donné pendant la conquête de l'ouest. Les voyageurs assoiffés croyaient être tirés d'affaire en voyant en ce lac la possibilité de se réhydrater et d'y faire boire leurs bêtes. En fait cette eau devait leur procurer une grande désillusion : elle est imbuvable et même toxique en raison de son taux de sel hyper élevé.

 

death valley 4

 

    "Badwater" se situe à 83 mètres en-dessous du niveau de la mer. C'est le point le plus bas de l'Amérique du nord. Voilà donc la cause des chaleurs extrêmes qui y règnent. Tous les vents rafraîchissants venant de l'océan Pacifique à l'ouest sont bloqués par la haute Sierra Nevada toute proche (pas la Sierra Nevada d'Andalousie, mais celle de Californie !) qui forme comme une barrière. Cet endroit ne reçoit pas de vent, donc privé de sa climatisation naturelle, la cuvette de la Vallée de la Mort chauffe, chauffe, chauffe ...

    Vivement la fraîcheur de Tahiti avec ses 30 petits degrés !!!

Partager cet article
Repost0