Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de jaconews-de-tahiti.over-blog.com
  • : Après trois ans d'attente, nous obtenons enfin notre mutation pour Tahiti. Pour nous, commence une grande aventure que nous allons partager avec vous ...
  • Contact

Compteur de visites

Recherche

Heure à Epinal

Heure à Paea

   Vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous voir et à laisser des commentaires : MERCI !!

Si notre blog vous intéresse, vous pouvez vous abonner à notre Newsletter, ainsi dès qu'un article est publié, vous le recevrez dans votre boîte mail !!!

Pages vues depuis juin 2010

                    182409

vivre en Polynésie Francaise

16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 10:58
    Tu'aro maohi, le championnat annuel des sports traditionnels Polynésiens est un des temps forts du Heiva. Cela fait 132 ans que cette rencontre est inscrite au programme des festivités de juillet.
Une foule incroyable se presse dans les jardins du musée de Tahiti et des îles pour encourager les athlètes qui préparent cette rencontre depuis plusieurs mois.
Des sportifs venus des 5 archipels vont s'affronter en lancer de javelot, en course de porteurs de fruits, en lever de pierre, en grimper de cocotier et en ouverture de noix de coco (coprah).
 
     
  presentation 1
 
Pendant notre séjour Polynésien, nous sommes toujours partis pendant les vacances. On reste à Tahiti cette année pour choyer nos nombreux visiteurs, donc nous ne voulions manquer cet évènement sous aucun prétexte.
 
    La première épreuve à laquelle nous assistons est le lever de pierre. A partir du moment où la pierre est décollée du sol, le chrono se met en route. Les meilleurs stabilisent le caillou (le rocher plutôt ... ) sur leur épaule en 3 ou 4 secondes. Il y a des catégories d'âge et de poids. Les "géants", les colosses (catégorie extra-lourds) doivent lever une pierre de 160 kg !!!
 
 pierre 1
 
 
    Ce sport vient des Australes. Les pierres sont chaque année différentes et sont cachées jusqu'au début de la compétition afin que les athlètes ne puissent pas avoir la possibilité de la toucher, de "l'étudier" avant le jour "J".
D'ailleurs, c'est un sport très technique : le choix des prises et la façon de lever le "roc" est primordial.
 
   Dans la catégorie "Vahine", les championnes lèvent une pierre de 60 kg !
 
 pierre 2
 
    Le lancer de javelot est la spécialité des Paumotus (habitants des Tuamotus). Le but est de planter le javelot dans une noix de coco placée à 9 mètres du sol 40 mètres devant les athlètes.
Il faut voir avec quelle précision le javelot (constitué de jeunes pousses d'arbre prolongées par un fer à béton taillé en pointe acérée) est lancé. Il est rare qu'un projectile passe à moins de 50 cm de la noix ... impressionnant.
 
 sports 2
 
En équipe ou en individuel, c'est un spectacle très coloré.
 sport 3
 
    A la fin de chaque manche, la coco est descendue et les points comptabilisés. En fonction des catégories, le vainqueur est celui qui a le plus de points (des cercles horizontaux sont dessinés sur la noix avec un max de points pour le centre) ou celui qui a planté le javelot le plus haut sur la noix.
 
 
sport 4
 
    Cette compétition qui se déroule sur trois jours est prise très au sérieux par les participants. On peut le mesurer en voyant les explosions de joie chez les vainqueurs.
On est dans une vraie compétition, mais aussi dans une vraie tradition. Les Polynésiens sont très attachés à leur culture (ils ont bien raison) et en sont très fiers. Ils n'hésitent pas une seconde (au contraire!) quand on leur demande de prendre la pose en équipe pour une photo.
 
 
 Quelques petites images de la compétition par équipe ...
 
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 00:04

   Pendant tout le mois de juillet, l'artisanat Polynésien s'expose salle Aorai Tini Hau à Pirae. Les artisans des 5 archipels viennent vendre leurs productions. Nous découvrons ou redécouvrons comment les Polynésiens utilisent au maximum ce que la nature peut offrir de plus beau.

La finesse du tressage du niau, la patience et le coup de main pour enfiler et assembler de petits coquillages pour en faire des colliers ou d'autres bijoux émerveillent Papi et mamie.  

 

salon 1

 

    Les artisans sont fiers de présenter leurs productions et ne sont pas avares de conseils et d'explications. Comme en plus (comme toujours en Polynésie), les gens sont super sympa et souriants, on passe un bon moment (ce qui n'est pas le cas des porte-monnaies des filles qui subissent une sévère cure d'amaigrissement, n'est-ce pas Tonio !!).  

 

salon 2

 

    Chauvinisme oblige, c'est dans l'allée où sont présentées les productions de artisans de Paea que nous passons le plus de temps. Notamment sur le stand de Pascal qui a bon espoir de remporter le concours de la plus belle création catégorie "coquillages" (thème de cette année, le cocotier). Il avait fini deuxième l'an passé sur le thème du soleil. Bonne chance à lui !!! 

 

salon 3

 

  Une petite pensée pour finir cet article à nos vieux copains les Galloupiots de retour en métropole. Laetisse arpentait encore en long, en large et en travers les allées du salon il y a quelques jours pour ramener en métropole in extremis quelques petits trésors de l'artisanat Polynésien ... 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 10:29

    Le Heiva de Tahiti, fête de la culture Polynésienne qui dure tout le mois de juillet,  débute par la cérémonie du umu-ti: la marche sur le feu.

C'est une cérémonie plus que centenaire qui a pour but de remercier les dieux qui donnent le feu qui éclaire et cuit les aliments.

Elle a lieu tout près de chez nous, au Mahana Park, à la limite des communes de Punaauia et Paea.

C'est une fête immuable ordonnée dans les règles de l'art par un "grand prêtre et ses assesseurs" ... à la petite différence qu'il y a un siècle, la cérémonie n'était sûrement pas sponsorisée par ... Pepsi !!!

Comme Magonite et Papi Tonio sont là, on ne part pas en vacances : on pourra donc pour la première année assister à toutes les manifestations du Heiva. 

 

FEU 1

 

   Le brasier qui brûle depuis trois jours est recouvert de pierres de lave, les torches de bambous de la Papenoo sont allumées, le prêtre donne ses dernières instructions, les courageux marcheurs vont pouvoir bientôt tenter l'expérience de la marche sur le feu.

Le maraamu (le vent du sud) a soufflé toute la journée en rafales très fortes, le thermomètre a plongé (le maramu est l'équivalent de notre bise ou mistral dans le sud) mais le prêtre annonce que lorsque le soleil va disparaître derrière Moorea, les dieux vont faire cesser le vent pour que la cérémonie puisse commencer.

... Incroyable, 10 minutes après le coucher du soleil, plus aucun souffle ne venait faire frémir la moindre palme de cocotier !!! Fortiche en météo le grand maître ...

 

 

FEU 2

 

    On connaît le prêtre, il est venu bénir notre collège pour l'inauguration du nouveau nom du bahut (qui porte maintenant le nom de son grand-père) : il s'agit de Raymond Graffe Teriierooiterai. Il invite les volontaires à marcher sur le brasier, mais attention aux instructions:

 

La marche est interdite aux femmes qui ont leurs règles;

Il est interdit de se retourner;

Le brasier est interdit aux personnes qui ont bu de l'alcool .

 

Dans le clan Jacoberger/Villanueva, seuls trois courageux affrontent le brasier à plus de 1000 degrés !!! Même pas peur.

Seuls Val, Rose et Dom auront donc leur esprit purifié !!!

 

FEU 3

 

    Les assistants du prêtre passent sur les cailloux chauds. Puis le niau (palmes de cocotier) s'enflamme, alors c'est au tour du chef de cérémonie de traverser. 

 

FEU 4

 

    Rose reçoit les félicitations de Raymond Graffe.

 

FEU 5

 

    Et c'est parti pour le Heiva i Tahiti 2013 ...

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 00:03

      Il faut bien avouer que la capitale de la Polynésie, Papeete, a bien peu d'atouts pour séduire les visiteurs de passage. Les rues sont peu animées, les bâtiments du front de mer et du centre vieillissants voire délabrés ... Où sont passés les milliards déversés sur le Fenua par l'état français depuis une cinquantaine d'années ???  

Les centaines de touristes qui débarquent des bateaux de croisières sont toujours très déçus ... bref.

Un endroit échappe à cette morosité, c'est le marché municipal. Il y règne une vraie ambiance authentique de gaieté et d'accueil.

 

 

marche 3

 

 

    Au rez-de-chaussée, se mélangent maraîchers et commerçants divers. A l'étage, on trouve toutes sortes de bibelots à base de nacre, perle ou bois sculpté. Les spécialités polynésiennes sont exposées (paréos, chapeaux tressés, huiles de monoï ...). C'est vraiment agréable d'y flaner même si les prix (le marché est très fréquenté des touristes) sont parfois exagérés.

 

 

marché 1 (page 1)

 

    Dès notre arrivée sur le fenua en 2010, nous y avons fait nos petites courses pour habiller et "décorer" nos filles aux couleurs locales ...

marché 2

 

  Mais c'est le dimanche matin que l'âme véritable du marché se révèle. Les touristes sont encore au lit pour un bon moment quand le marché est en pleine effervescence. Afin de trouver les meilleurs ingrédients pour préparer le ma'a tahiti, c'est de toute l'île que les Tahitiens s'y pressent dès 4 heures du matin !!!

 

Le ma'a tahiti est le repas traditionnel incontournable du dimanche pris en commun pour toute la famille en milieu de matinée. On y dévore: le poe (banane ou potiron) qui est un mélange fruit/amidon cuit au four, le poulet fafa (poulet et épinards locaux, les feuilles du taro), les poissons de lagon grillés ou au four, le ipo, pain au lait de coco cuit à la vapeur, le taro (tubercule) et les bananes cuits dans l'eau, le pua choux ou pua roti (poitrine de porc), les bananes fei au four, le poisson cru au lait de coco ... sans oublier le fameux taioro: le poisson cru est immergé dans un mélange fermenté  pendant deux ou trois jours d'eau de mer, de coco rapée et de têtes de crevettes broyées. C'est ... un peu spécial mais les Tahitiens en rafolent.

 

    Restait à trouver pour nous le courage de nous extirper du lit un dimanche matin à quatre heures ... Après plusieurs tentatives infructueuses (réveil mis mais arrêté et nuit prolongée), on a profité de la venue de Mamie et Papi pour prendre notre courage à deux mains.

On n'a pas été déçu.

On a pu acheter de magnifiques produits présentés de belle façon sur les étals. Quel plaisir d'acheter des fruits et des légumes directement du producteur au consommateur. C'est aussi l'occasion d'avoir des infos sur les produits et la façon de les préparer.

 

 marche 4

 

        

    Les magnifiques fruits et légumes sont vendus au "tas" ou au "paquet".  

Au plaisir de trouver de beaux produits frais et traditionnels s'ajoute celui des yeux. Les poissons pêchés la veille sont magnifiquement présentés sur les étals. On découvre toutes les espèces comestibles du lagon. Un véritable arc-en-ciel de couleurs. Encore une fois, il n'y a aucun doute sur la fraîcheur puisque ce sont les pêcheurs eux-même qui viennent vendre leur pêche. En discutant avec eux, ils ne sont pas peu fiers, et ils ont raison !!! 

 

 marche 5

 

 

    Vivre l'effervescence du marché de Papeete le dimanche matin est une expérience vraiment à faire et ...  à renouveler.

Il suffit juste de ne pas appuyer sur le bouton "stop" du radio réveil quand il va se mettre à sonner. Mais ça, c'est pas gagné !!! 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 09:50
       Ce samedi 1er juin après-midi, c'est le stress au ventre que Rose arrive à Kid'sGym. Le jour de la compétition est arrivé. En effet, Dom et Inés se sont fixés comme objectif de mener Rose aux JO de 2020. Première étape : faire au moins un podium au Championnat de Polynésie  ...
Pendant que Val est à ses répétitions de Hip Hop, Clém et Inés viennent encourager leur gymnaste. Dom est déjà sur les lieux depuis le matin : il fait partie des juges. Il devra noter toutes les gymnastes de la journée au saut de cheval. 
   Stéphane, le prof de gym de Rose annonce les catégories : Rose fait partie des Poussines niveau 1.
   Avant de démarrer la compétition, Rose s'échauffe et s'étire.  La table couverte de médailles et de coupes fait rêver toutes les petites gymnastes.
 
 
Compétition1
 
    
     Et c'est parti pour la compét'. Rose commence  par les barres asymétriques. Elle est la première à être appelée de son groupe. Telle une pro, elle commence par ses mettre de la magnésie sur la paume des mains puis se présente aux juges.
   Sur la première barre, elle semble hésitante et rêveuse. Elle nous expliquera ensuite qu'elle ne savait pas exactement l'enchaînement : aïe, aïe, aïe, allez, on ne se décourage pas et on observe si les concurrentes sont plus sures d'elles !
 
 
 compo2
 
       Les groupes changent d'atelier et Rose continue avec la poutre : c'est la sens de rotation olympique. Cet agrès semble davantage lui plaire. Elle pense aux dernières consignes de Dom, son coach perso, qui lui avait fait retravailler à la maison quelques gestes : jambe tendue, pointes de pied tendues, la chandelle, ...
   La chandelle de Rose est parfaite : elle a des abdos en béton. Mais en se redressant, elle perd un peu l'équilibre et pose le pied au sol. Pas grave ! Elle ne se laisse pas destabiliser et repart pour faire la planche : bravo pour son équilibre !
 
 
  compo3
 
 
      Elle continue avec l'enchaînement au sol en musique : roue, roulade arrière, équilibre ...  sous l'oeil attentif des deux juges. Pas de stress finalement pour ces petites gymnastes qui papotent et rigolent  sur le banc en attendant qu'on les appelle ! Elles sont aussi là pour se faire plaisir et passer un bon moment.
 
 
  compo4
 
    
   Il est temps de passer au dernier atelier : le saut de cheval. Cet atelier est surement le plus stressant pour Rose car un des juges est Dom qui ne compte pas faire de différence entre sa Rosinouchette d'amour et les autres gymnastes !! Va-t-il garder son air sévère ou va-t-il craquer pour la plus adorale des gymnastes de Papeete ??!! 
 
 
  compo5
 
    
   Rose s'élance vers le saut de cheval pour son premier saut et ... c'est la faute : elle a commencé par le 2ème enchaînement  ! Du coup, en arrivant la deuxième fois, elle ne sait plus quoi faire et reste paralysée se sentant observée par les juges. Ce sera certainement sa plus mauvaise note de tous les ateliers du jour !
  
compo6
     Après une demi-heure d'attente, Stéphane annonce les points et le classement : Rose obtient la troisième place avec 16,25 points.
Rose est ravie et fière de sa coupe. D'ailleurs elle dit qu'elle aimerait bien en faire une collection : nous verrons de quoi sera fait son avenir sportif, mais vu son physique musclé, elle a toutes les qualités pour réussir.
    A vous d'apprécier maintenant les débuts de gym de Rose ...

 


 
 
Partager cet article
Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 11:11
       Comme chaque année depuis qu'elle a 5 ans, Clém nous montre le résultat de ses progrès en danse classique lors d'un gala de fin d'année.
 
   Cette année, c'est avec Maud que Clém a continué son apprentissage : une toute jeune prof qu'elle apprécie beaucoup et qui nous arrive fraîchement de Métropole.
Tous les lundis, Clém chausse ses pointes. C'était l'objectif qu'elle rêvait d'atteindre depuis le tout début et enfin elle peut "monter sur pointes". Pas facile de tenir debout sur aussi peu de surface : quelle drôle d'idée de danser sur ses orteils !!  La meilleure chose à faire est de bien se muscler les chevilles qui supportent cette drôle de torture !
 
DANSE 1 
    Clém garde à chaque cours la même motivation et le même plaisir à retrouver Maud et toutes ses copines de danse (entre 10 et 15 ans).
Les mercredis, le cours de demi-pointes permet de se perfectionner et d'apprendre encore de nouveaux pas.  
 
   A partir de février, les danseuses commencent à apprendre leurs chorégraphies pour le gala que Maud choisit d'intituler : "Embarquement Immédiat" en référence à sa propre expérience du voyage vers Tahiti.
 
   Le grand jour est enfin arrivé : samedi 25 mai, nous allons en famille au Grand Théâtre.Toute la danse classique est présentée dans une première partie avec des danseuses de 4 à 18 ans.
 
 
 
DANSE 2 
    
    Clém s'applique sur scène avec sérieux ... un peu trop d'ailleurs. Mais elle n'ose pas sourire de toutes ses dents de peur que son appareil dentaire éblouisse les spectateurs !! 
Nous ne quittons pas des yeux la belle jeune fille qu'est devenue notre petite Clém !
 
   Sur un air de tango, Clém quitte ses pointes et enfile ses demi-pointes. Et c'est reparti pour des sauts de chat, des pas de valse et autres pliés et demi-pliés ...
 
 
DANSE 3 
    Toutes les danseuses classiques se réunissent sur scène pour un final en bon ordre et des applaudissements pour les jolies chorégraphies de Maud. 
 
danse 4 
 
    Encore un spectacle qui s'achève, mais ce ne sera pas le dernier car Clém est bien décidée à poursuivre en danse classique et veut aussi reprendre les cours de Jazz.
   Assez raconté, il est temps de regarder en musique notre gracieuse ballerine ... 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 03:01
    Okay, Hossegor en France quand ça donne, c'est costaud, Pipeline à Hawaï et Mavericks en Californie, c'est énorme, mais Teahupoo sur la presqu'île de Tahiti peut se targuer d'être la vague la plus massive et la plus dangereuse au monde (avis perso: elle est magnifique aussi, admirez la palette des bleus dans le tube .... ).
Cela fait-il de Teahupoo la capitale mondiale du surf ? Oui évidemment, diront les Tahitiens ... toujours est-il qu'à chaque gros coups de houle, les surfeurs "de gros" toujours sur le qui-vive débarquent en quelques jours sur la presqu'île des 4 coins du monde pour se faire photographier sur le spot mythique ...
Des dépressions se forment non loin du pôle sud qui sont à l'origine de trains de houle bourrés d'énergie. La houle ne rencontre aucun obstacle avant Tahiti et vient frapper le récif à Teahupoo qui tombe presque à-pic dans l'océan. Ce sont alors de véritables montagnes d'eau qui se soulèvent et qui viennent se fracasser sur le récif.
D'où aussi sa dangerosité ... à l'impact de la vague, seuls quelques dizaines de centimètres recouvrent le récif coralien tranchant ...
A Teahupoo, quand c'est gros, le droit à l'erreur n'existe pas ...
 
En ce moment, les premières grosses houles de sud commencent à arriver. Avec Sylvain et son zodiac, on file sur le spot pour voir les artistes (ou les "grands malades", tout dépend du point de vue) en action.
 
 
 
teahupoo 1
 
 
   Ce jour-là, Teahupoo mesure 4.50/5 mètres. C'est déjà impressionnant, ça commence à être énorme. La vague est haute mais aussi très large, on a l'impression que c'est tout l'océan qui pousse derrière ...
Pour faire de chouettes photos, Sylvain enchaîne les marches arrière/avant pour se placer le plus près possible de la crête de la vague (mais pas trop près non plus ...) et tente de maintenir le bateau face au large (au cas où une vague plus massive que les autres arrive, il faut pouvoir vite fait se tailler plein gaz !!!).
 
 TEAHUPOO 2
 
 
    A cette taille, tous types de glisse sont permis. Quand les vagues sont plus grosses, des jet-skis tractent les surfeurs pour qu'ils puissent prendre de l'élan et ne pas perdre de temps sur un take-off (l'action de se mettre debout sur la planche) toujours délicat à Teahupoo.
Mais pour tous, la quête ultime, c'est le tube. Mission réussie pour ces quatre maestros.
 
 TEAHUPOO 3
 
 
Mais parfois, la vague est sous-estimée ou prise un peu trop tard et c'est le wipe-out, la grosse gamelle, direction la machine à laver géante ...
 
 TEAHUPOO 4
 
  Ce body-boarder s'en sortira avec une combinaison arrachée, quelques égratignures et assurément une énorme frayeur.
A chaque wipe-out, c'est l'inquiétude qui s'empare des spectateurs et des autres surfers du spot. Dans l'écume blanche qui recouvre le récif, chacun attend un signe du malheureux, indiquant qu'il a pu remonter et qu'il est ... vivant, en tout cas au moins pour cette fois-ci ... 
 
Parmi les centaines de videos YouTube sur Teahupoo, en voici une sympa où on voit la vague parfois petite, parfois moyenne, parfois énorme. On voit aussi des vues sous-marines sympa et la proximité du récif. 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 10:49

    Comme on n'est pas parti de Tahiti depuis les vacances de février, on profite tranquillement des petits coins sympas de l'île.

 

    Aujourd'hui, c'est Rose le guide. Elle nous amène aux jardins d'eau de Vaipahi qu'elle a visités avec sa classe : elle va nous guider sur la petite randonnée qui part de là pour une boucle de 5/6 km dans la montagne. Ca faisait un moment qu'elle voulait y emmener sa famille ... 

Ce joli petit spot se situe au PK 49 (pour les non-initiés, le PK est le point kilomètrique par rapport à la cathédrale au centre de Papeete, c'est comme ça qu'on se repère autour de l'île, ces PK servent aussi pour les adresse).

 

jardin deau 1

 

    On peut d'abord se ballader dans un parc bien fleuri et entretenu pour admirer quantité de fleurs, bassins et cascades ... Coucou Magonite et Tonio, vous vous rappelez de ce joli petit parc ?

 jardin 2

 

    Mais on est surtout venu pour la randonnée dont les points de départ et d'arrivée sont précisément aux jardins d'eau.

Après une brève mais raide montée, on se retrouve vite parmi les sapins, quel dépaysement !

Inés utilise un "mape" comme balançoire et Rose une feuille de Miconia en parapluie. Puis on s'enfonce rapidement dans une forêt de plus en plus dense. 

Mais on ne peut pas se perdre, il n'y a qu'un chemin ... et en plus, notre guide est très expérimentée : vu la taille de ses mollets, on est sûr qu'elle n'en est pas à sa première rando !!!

 jardin 3

 

    Coucou Delphine et Jéjé ! Quand vous êtes venus, on a fait que la petite boucle ... cette fois les Jacos ne se sont pas dégonflés, ils ont fait la grande ! 

  jardin 4-copie-1

 

 

    A mi-parcours, on a quelques jolies vues sur le lagon et la presqu'île. Eh oui, on en oublierait presque qu'on est sur une île en plein milieu du Pacifique ...    

Partager cet article
Repost0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 04:33
    Ca y est, nous sommes en vacances après une période bien chargée (conseils de classes, réunions parents-profs ...) et de retour sur le blog  ...
Dernier flash-back sur nos vacances à Tikehau ...
 
    A peine débarqués de l'avion, avant de prendre le bateau qui nous amène à l'hôtel, nous apercevons  des requins pointes noires qui se balladent nonchalamment juste sous la surface un peu partout : dans la marina, sur la petite plage à côté de l'embarcadère ... Dom mitraille. Clém est confiante, elle peut compter sur ses qualités de karateka woman pour riposter en cas d'attaque.
 
  REQUINLAND1
 
    C'est la même chose à l'hôtel et autour de notre bungalow. De petits requins patrouillent tranquillement à toutes les heures de la journée.
 
    On n'a jamais vu une telle concentration de ces prédateurs, même à Rangi ou Fakarava ! Dom qui ne quitte plus sa canne à lancer dès qu'on va dans les îles espérait attraper des carangues ... il s'est vite rendu compte qu'en plus d'être en très grand nombre, les requins étaient très agressifs. Réputés être les éboueurs des mers, ils sont aussi à Tikehau de sacrés chasseurs.
Du coup, à peine ses leurres avaient-ils touché l'eau (rapalas, poppers ...) qu'ils étaient attaqués violemment par des pointes noires ...
Même de petits requins de quelques dizaines de centimètres n'hésitaient pas à attaquer des poppers de quasiment leur taille !!!
 REQUINLAND 2
 
    Du bord ou en kayak, pas moyen d'accrocher au bout de l'hameçon autre chose que des requins ... Dom est déçu (leur défense n'est pas spectaculaire, ils sont lourds, ne sautent pas ...) mais il aura quand même eu sa dose d'émotions : en kayak, assez loin du bord, un gros requin (2m50 facile, long comme le kayak à peu près, pas un pointe noire ... un gris??) a pourchassé le popper pour s'arrêter seulement à 50 cm du kayak et partir dans une énorme gerbe d'eau ... Oups ... c'était pas le moment de tomber du kayak !!!
 
    Mais on s'est quand même bien amusé avec les requins autour de notre bungalow. Une fois la nuit tombée pour plus de discrétion  (pêche interdite sur le périmètre de l'hôtel), on pêche des poissons qui seront offerts aux pointes noires.
 
Première partie en image (qualité moyenne, le camescope n'est pas très performant de nuit), la pêche des appâts ...
 
         
 
   

 
 
    Deuxième partie, nourrissage des requins depuis l'intérieur du bungalow (à côté de la plaque en verre, il y a une petite trappe), on provoque une véritable frénésie ...

 

   
    On s'est amusé comme des petits fous, dans l'aquarium géant de Tikehau, en recréant la frénésie des brochets nourris avec des grenouilles et des goujons dans l'aquarium à Clairegoutte !
   
    On a surveillé les infos les jours suivants, aucune attaque de requin n'a été déclarée autour du bungalow 40 du  Pearl Resort de Tikehau . Mais les touristes qui ont occupé ce bungalow les jours suivants notre départ ont dû être un peu surpris de voir autant de sharks sous leur bungalow. Après trois jours de nourrissage intensif, on avait bien vu qu'ils étaient de plus en plus nombreux et qu'ils avaient commencé à prendre leurs petites habitudes ...
 
Partager cet article
Repost0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 04:54

   L' ATR d'Air Tahiti dépose son flot de touristes ( une dizaine de vacanciers ... dont nous cinq) dans l'immense terminal de l'aéroport ...

 

    Avant le traditionnel accueil avec colliers de fleurs, pendant la petite heure de vol, Val se décroche la mâchoire puis s'offre un p'tit roupillon (rien à voir au hublot, il y a trop de nuages, dommage), Rose bouquine ou chahute avec sa soeur ... Clém veut-elle extirper de la bouche de Rose sa dernière dent de lait qui pendouille ?

 

 tik 2

 

  Tikehau est un petit atoll des Tuamotus nord près de Rangiroa. Les 400 habitants vivent presque tous sur le motu Tuherahera au sud. Les activités économiques sont peu nombreuses : il y a un peu de tourisme, mais la pêche et la coprah culture sont les activités dominantes. En se promenant dans les rues en soupe de corail du paisible village, on sent la forte odeur des noix de coco en train de sècher au soleil. 

On est aussi impressionné par le calme qui règne sur cet atoll (il n'y a pas d'aboiement de chiens ou de chants de coq comme à Tahiti), on se surprend à parler pratiquement à voix basse ...

 

D'après les guides touristiques, il n'y aurait qu'une vingtaine de voitures sur toute l'île ... c'est vrai qu'on n'en verra pas beaucoup.

  tik 1

 

    Tikehau est surtout connu pour la richesse exceptionnelle de son lagon. Au cours d'une de leurs nombreuses expéditions, Cousteau et son équipe ont  décrit le lagon de Tikehau comme étant la mer la plus poissonneuse au  monde.

En quelques jours, sur le bord du lagon, dans très peu d'eau, on verra en effet une faune riche et variée. 

 

Même sur le platier asséché par le soleil et le sel, une vie intense prolifère sous les blocs de corail mort. On voit toutes sortes de petits crabes et crustacés.

Rassuré par le port des gants de pêche de son père, Val attrape un joli crabe ... puis tente aussitôt de s'en débarrasser, car il vient d'être violemment pincé par la bête qui va se planquer sous un caillou. Il s'en tire avec une belle frayeur et une petite égratignure (à travers les gants quand même).

Vu la taille de la pince droite du crabe, on se dit qu'on a échappé à un "gros bobo". D'ailleurs, on a pu mesurer la force de sa pince en voulant sortir le crabe de sa cachette: la bête brisait net tout ce qu'on lui présentait: bois et corail mort qu'on n'arrivait même pas nous-même à briser avec nos 10 doigts et nos gros biceps !!!

 

 tik 3

 

    Tous les matins, on dévalise le resto de l'hôtel de ses restes de pain au grand bonheur des poissons qui viennent se régaler devant le bungalow. Nourrir tous ces sympathiques poissons aura été l'occupation favorite de Val et Rose pendant nos 4 jours de vacances. 

 

  tik 4 BIS

 

    Avec nos kayaks, on peut aller vers le nord ou le sud pour trouver des îlots isolés et inhabités. Il y a bien quelques vestiges de parcs à poissons, ou de cabane de pêche sur pilotis, mais on ne voit pas âme qui vive dans les quelques kilomètres autour de l'hôtel. 

 Tik 5

 

   Tikehau est aussi appelée "L'île aux sables roses". En effet, les motus sont par endroit ourlés de bandes de sable de couleurs différentes dont le fameux sable rose.

Un débat s'installe : Clém trouve plutôt que le sable est orange ...

A bien y regarder, il semble qu'elle ait raison. Mais pour attirer les touristes, vanter les beautés de " l'île aux sables oranges" ferait peut-être moins recette ...

 

 tik 6

 

Mais, que le sable soit rose, orange ou même blanc, les plages désertes de Tikehau sont vraiment magnifiques. Et on mesure la chance qu'on a de pouvoir profiter d'un tel environnement.

Pourra-t-on encore un jour à nouveau  nous entasser sur des plages bondées de touristes comme en juillet sur la Côte d'Azur ???    

Partager cet article
Repost0