Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de jaconews-de-tahiti.over-blog.com
  • : Après trois ans d'attente, nous obtenons enfin notre mutation pour Tahiti. Pour nous, commence une grande aventure que nous allons partager avec vous ...
  • Contact

Compteur de visites

Recherche

Heure à Epinal

Heure à Paea

   Vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous voir et à laisser des commentaires : MERCI !!

Si notre blog vous intéresse, vous pouvez vous abonner à notre Newsletter, ainsi dès qu'un article est publié, vous le recevrez dans votre boîte mail !!!

Pages vues depuis juin 2010

                    182409

vivre en Polynésie Francaise

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 05:55

    Au bout de la longue piste, notre récompense ...

On a de quoi se dégourdir les jambes en admirant un des paysages  les plus spectaculaires d'Australie centrale : le Kings Canyon et ses falaises vertigineuses. On emprunte d'abord le facile Kings Creek walk, petit sentier rocailleux de 2 km dans le fond du canyon. Perroquets et lézards nous accompagnent. Comme nous sommes en fin de journée, la roche prend des couleurs rouges/oranges magnifiques.

 

kings canyon 2

 

    Puis, le lendemain, on file sur le Kings Canyon Rim Walk, sentier qui cette fois serpente sur la crête du canyon. Personnes sujettes au vertige s'abtenir, le sentier frôle parfois le bord de la falaise d'assez prêt. On part d'un côté, on revient de l'autre. Au bout du canyon, on descend dans le "jardin d'Eden" qu'on peut admirer depuis un pont. C'est une petite poche de verdure luxuriante de quelques centaines de m2 à peine entourée d'une petite piscine naturelle.

La balade de 6 km dure 4 heures et n'est pas sans difficultés ! On slalome entre de jolis dômes de roche, mais parfois, on doit aussi les escalader.

Le canyon résonne-t-il encore des cris de Rose qui s'est éraflé le genou ??? ... elle finira la rando sur les épaules de papa ... elle a parfois tendance à confondre rando et footing comme sur la photo en bas à gauche ... la probabilité d'une chute est alors très grande !!!

 

 

kings canyon 1

 

 

    A quelques centaines de km au sud, on rejoint Ayers Rock. Le célèbre rocher est le joyau du Centre Rouge. Cet impressionnant monolythe "planté" en plein désert appartient aux Aborigènes. Il a pour eux une profonde signification culturelle, il est sacré. Il est vrai que la première vision de ce "gros caillou" (3.6 km de long) est assez irréelle, c'est une curiosité géologique assez incroyable. Il est comme un iceberg, la partie émergée d'une énorme masse de grés qui se prolonge sous terre. 

Légalement, on peut grimper sur une de ses arêtes les moins pentues mais les Aborigènes communiquent beaucoup sur le respect du site et demandent aux visiteurs de ne pas faire l'ascension. Plusieurs dizaines de personnes y ont fait des chutes mortelles. Les aborigènes Anangu, gardiens du site se disent très touchés à chaque fois qu'il y a un mort. Depuis quelques années, la consigne est de plus en plus respectée, on ne verra personne grimper. 

 

 uluru 3

 

 

    On se contente donc de la courte promenade autour du rocher en s'arrêtant aux plus jolis points de vue. Clém se connecte aux ondes mythiques du lieu ...

A côté du rocher, nous visitons un joli musée sur l'art, l'histoire et la culture Aborigène. C'est aussi l'occasion de ramener quelques souvenirs de vacances. 

 

 uluru 2

 

    Deux jours plus tard,  quand on retourne à Tahiti via Sydney, nous avons la chance de survoler Uluru en fin de journée. La roche se pare alors de couleurs magnifiques.

 

    Mais nous serons encore plus impressionnés par la superbe randonnée dans les monts Olga, non loin d'Uluru, autre lieu mythique pour les Aborigène mais plus difficile d'accès, moins visité, donc plus authentique. 

Ce sera le thème de notre dernier article sur notre virée australienne ...     

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 23:20
      Bye-bye les crocos, on entame la dernière partie de notre voyage en Australie dans le désert du Centre Rouge au fin fond de l'Outback australien.   
  larapinta 1 BIS
 
       Une étape de 320 km nous attend, dont 210 sur des pistes. Ca fait bizarre de s'engager sur "un chemin" en sachant que la prochaine station service est à plus de 200 km !!! Partout on lit des anecdotes  sur des naufragés de la route morts de soif, de faim ... Nous prenons donc toutes nos précautions, mais nous n'embarquons pas (comme il est préconisé pourtant) deux roues de secours !!! Les gros 4X4 que nous croisons sont en effet tous équipés de deux roues de secours et vu le nombre de pneus explosés dans le bas-côté, ce ne doit pas être un luxe ... Reste à croiser les doigts pour ne pas crever, sinon, sans roue supplémentaire, bonjour le stress.
 
      Nous nous sentons tout de même en sécurité puisque nous croisons un véhicule toutes les 30 minutes environ.
Mais la chose est prise très au sérieux par tous car à chaque fois qu'on fait arrêt pipi, casse-croûte ou visu du paysage ou animaux, les voiture qui passent s'arrêtent pour nous demander si "everything is okay ?".
 
On prend un peu la mesure de l'immensité de ce désert ...
 
La monotonie des grands espaces est parfois rompue quand on aperçoit de magnifiques chevaux sauvages.
 
 larapinta 2
 
 
      Plus loin, on verra les fameux dromadaires australiens sauvages. Importés d'Asie au 19ème siècle pour transporter personnes et marchandises à travers l'île-continent : ils ont été remplacés au début du 20ème siècle par le train et les transports modernes. Ils ont été lâchés dans la nature et se sont reproduits ... Il y aurait aujourd'hui près d'un million de dromadaires en Australie.
On scrute l'horizon avec nos yeux de lynx et apercevons le super-prédateur australien, le Dingo.
 
  larapinta 3
 
      En s'approchant des dromadaires, on revient de la brousse avec des dizaines de "boulettes à crochet" agrippées aux chaussures, encore une belle idée de la nature pour disséminer les graines de cette plante !!! 
 
      Sur la Stuart Highway, la route trans-australienne qui relie le nord au sud, on avait vu les imposants "Road trains" mais on n'était loin d'imaginer qu'ils s'aventuraient aussi sur les pistes du centre rouge !!! Ces camions surpuissants tractent 3 ou 4 remorques (jusqu'à 6 paraît-il mais on n'en a pas vu de si longs).
      De nombreux panneaux mettent en garde les automobilistes qui veulent doubler : Les Road Trains mesurent parfois plus de 50 mètres, donc le dépassement aussi peut être long ...
 
Ils nous croisent à toute vitesse dans un énorme nuage de poussière.
 
 larapinta 4
 
      Plus on se rapproche de Kings Canyon, plus la terre est rouge, la piste est rouge, la poussière est rouge, les cailloux sont rouges, la voiture est rouge, nos trous de nez sont rouges ...
      Aux heures chaudes de la journée, les animaux sont aux abris. Le spectacle est dans la voiture, l'animation est alors assurée par les enfants. C'est d'abord Rose qui a l'autorisation de son père pour "conduire" le X-Trail : sur les genoux de papa, Rose maîtrise le cap, pas de problème. La voiture aura bien visité deux ou trois fois l'accôtement mais comme elle a rattrapé le coup sans de trop gros coups de volant, ses parents lui accorderont le certificat de conduite sur piste australienne.
Pour Val, c'est la maîtrise totale. Boîte automatique, pas de problème, un petit 70/80 km/heure tout en douceur, conduite à gauche, no soucy. Val avalera une petite trentaine de km sans stress (c'est pas la même chose pour sa maman ...).
 
 larapinta 5
 
     Voici quelques extraits des leçons de conduite ...
 
 
    Du coup, arrivés à Kings Canyon, pour Dom et Inés, entre boire ou conduire, ils n'ont plus à choisir : Val peut ramener la voiture et ses ivrognes de parents jusqu'à l'hôtel ....    
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 23:00
   Lorsque Christelle, notre prof de danse,  a demandé à Dom de participer au spectacle "Révérence"  il a accepté de relever le défi.
   Voyant son "talent", elle lui a demandé une petite impro au début de la choré "Mission Impossible".
Armé d'un impressionnant flingue, et vêtu d'un costard noir, on l'aurait volontiers pris pour un des "Men in black".  Inés n'avait rien à craindre en sortant du Grand Théâtre avec un tel "bodyguard" !
 
Mission Impossible
 
 
   Dom était l'homme fort du groupe, et ne manquait pas d'impressionner nos jeunes danseurs plus fluets avec sa carrure de bûcheron ! Porter les sveltes danseuses ne lui a posé aucun problème !
La choré "ChorusLine" a été l'occasion pour Dom et Inés d'être sur scène ensemble. Mais en réalité, pas question de danser côte à côte : chacun de son côté était bien entouré !!
 
 
chorusline
 
   Après son truc en plumes, Inés a enchaîné avec divers costumes et chorégraphies très différents : l'ambiance cabaret laissait place à un moment plus grave, avec la choré "des esclaves".
 esclaves
 
   Vite, Inés se précipite dans les marches des coulisses pour aller se changer : gros baggy noir pour la choré de Ragga, ou justaucorps vert pomme et fausses feuilles enroulées autour d'un bras, pour la choré "la végétation".
 
   Quand la prof de danse, Christelle, a annoncé le French Cancan, Inés n'a pas hésité à se proposer ! Même si son sport le plus intense est la correction de copies (!) , elle va pouvoir tester son endurance en sautant et levant la jambe pendant plus de 3 minutes. En plus, au milieu des nombreuses danseuses adolescentes, pas question de faiblir !
 french cancan
 
    Le plus simple est encore de juger par vous-mêmes les exploits scéniques de Dom et Inés, alors regardez ...
 
 
 
   Ce gala de danse a été une bonne expérience pour tout le monde, et comme ils préfèrent rester sur une réussite, Dom et Inés informent tous les directeurs de cabaret qu'ils préfèrent arrêter là leur carrière de danseurs !!
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 08:39
   Après avoir récupéré (non sans mal !! )  toutes les photos du spectacle de juin, nous pouvons enfin raconter nos prouesses familiales scéniques que beaucoup attendaient avec impatience !!
 
   L'année dernière, Val, Clém et Inés prenaient des cours à l'école de danse de Tamanu, dirigée par Christelle. Ces nombreuses heures de cours de danse ont abouti à un gala de fin d'année, les 1er et 2 juin 2012 : Révérence, présenté sur la scène du Grand Théâtre de Papeete. Christelle l'a intitulé ainsi car après 10 ans d'enseignement de la danse en Polynésie, elle a décidé de retourner en France métropolitaine et de tirer sa révérence.
 
  Notre Clém depuis l'âge de 5 ans apprend la rigueur et la grâce de la danse classique, avec beaucoup de motivation.
 
Papillons
 
 
   D'abord petit papillon, elle a ensuite présenté une danse intitulée "les feuilles".
Et enfin, vêtue d'un justaucorps en velours rose et bordeaux (bien chaud), Clém a dansé au rythme d'une musique russe.
Le tout exécuté toujours avevc le sourire : elle a bien retenu les recommandations de Christelle qui insistait à chaque répétition pour que les danseuses sourient au public.
 
 danseuse étoile
 
 
    Pour apprécier les talents de notre danseuse classique, une petite séquence vidéo, qui commence sur un rythme tzigane avec la chorégraphie de Jazz, appelée "les bohémiens" ...

 

 
  Val, quant à lui, a bien assuré en break, avec la choré des Pirates créée par son prof Matt.
Devenu pour l'occasion le sosie de Jack Sparrow, il a montré qu'il avait le groove et a essayé de gérer au mieux les cheveux longs et les dreadlocks !!
 
 pirates
 
   Après ça, en avant pour le Hip Hop. La bonne humeur du prof Max motive les troupes et Val et Hiram (l'autre danseur du groupe) ont bondi sous les yeux admiratifs des copines danseuses, et avec les cris de la foule en délire ...
 Hiphop
 
   Pour preuve, une petite vidéo où on entend crier plus d'une fois ... "Vaaaaaaleeeeeeentiiiiiiin !!"
 
 
 
 
   En tout cas, que ce soit en danse classique ou en HipHop, le plaisir de la scène était le même pour Val et Clèm !
   Comme certains le savent, Dom et Inés ne sont d'ailleurs pas en reste ... 
 
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 09:39

    Avant de quitter l'atoll mythique de Marlon Brando, on passe un bon moment sur un banc de sable dans le lagon. On a beau regarder tout autour de nous, à 360°, la vue est la même !!!! Un lagon turquoise, une petite bande de terre avec des cocotiers et un ciel bleu éclatant. Impossible de s'habituer à ce paysage, on se frotte les yeux, non, on ne rêve pas, c'est vraiment magnifique.

 

banc de sable 1

 

   On en profite pour faire une photo avec les copains et chacun peut vaquer à ses occupations.

Même si la pêche est peu fructueuse, même si le château de sable se construit lentement parce que les pelles en plastique sont restées au bateau, même si le vent est un peu faible pour kiter, faire toutes ces activités dans un cadre pareil satisfait à notre bonheur.

Sacré Marlon, il a eu le nez creux en 1967 quand il a acheté l'atoll (13 motus, 600 hectares, lagon de 6 km de large) pour 270.000 $ ... soit un peu plus de 200.000 € !!! 

 banc de sable 2

 

 

Pour Louna et Clém, c'est entraînement de gymnastique.

 banc de sable 3

 

Les filles, vous rendez-vous compte que vous faites des roues dans la plus belle salle de gym du monde ???

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 11:02

    Une marchounette d'une petite heure en flânant nous permet de rejoindre l'île aux oiseaux. Sur les 12 ou 13 motus de Tetiaroa, le motu Tahuna Rahi est le seul à recevoir d'immenses colonies d'oiseaux marins nicheurs. Importés involontairement par des navires, des rats ont envahi les principaux motus rendant impossible sur ces motus la reproduction des oiseaux qui en grande majorité nichent au sol. Pour l'instant, le motu que nous allons visiter est épargné.

 

ile oiseau 1

 

    On est justement en période de reproduction, les poussins ont éclos ou vont éclore. Il y a des milliers d'oiseaux, on assiste à des scènes assez cocasses : on voit un crépage de chignon en règle, les plumes volent dans tous les sens. Lequel de ces deux fous va faire plier l'autre ? En fait il s'agit d'un adulte avec son poussin encore immature mais déjà de très grande taille et surtout très vindicatif. Le petit harcèle sa mère pour qu'elle lui donne le poisson qu'elle vient de pêcher. 

 ile oiseau 2

 

On fait le tour du motu et cédons régulièrement au plaisir de la baignade. Rose trouve un gros Bernard L'hermite que Val ramènera à Paea pour l'élever.

 

  ile oiseaux 3-copie-1

Faire trempette sous le soleil dans une eau à 29°, quel pied, on comprend les mutins du Bounty ...

 ile oiseau 4

 

    Le soir, on est tous plus ou moins cuits sur le bateau ... Cuits par le soleil (voire grillés par le soleil) ... cuits par la fatigue, (on est tous en action depuis quatre heures du matin tout de même, Tetiaroa se mérite !!!) .... et enfin, aussi un peu cuits par le succulent mojito concocté par Sylvain ...

Cela dit, il y en a qui sont quand même plus dans le brouillard que d'autres. Pierre, nickel, en pleine forme (euhh, quatre heures de bateau ce matin ... quatre heures de profonde ronflette), Laetisse et Caro au top comme d'hab' (il faut bien que certains assurent pour s'occuper des enfants !!!), Dom no problemo, deux ou trois mojitos ne vont quand même pas le mettre à l'envers ...

Concernant Sylvain et Inés, les photos parlent d'elle-mêmes ...

 

 ile aux oiseau 5

 

    Dans la nuit, il va pleuvoir, la houle va grossir et des ronfleurs vont tronçonner mais tout le monde va dormir du sommeil du juste ...

Il faut recharger les batteries, on a encore la journée de demain pour se prendre pour Marlon Brando ...

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 23:58

    Ce matin, l'horaire de rendez-vous est pire que pour la croisière sur la Yellow River (mais cette fois-ci, Dom n'y est pour rien) ! C'est à 5 heures du matin qu'on retrouve les copains au port de Papeete pour un fameux week-end prévu de longue date à Tetiaroa.

On va passer deux jours sur le seul atoll des îles de la société. Tetiaroa se trouve à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tahiti. Le catamaran qui nous y amène va naviguer pendant 4 heures pour rejoindre l'atoll.

Il fait donc encore nuit noire quand Teiva, notre skipper nous brieffe sur les consignes de sécurité. Après un copieux petit déjeuner, on quitte le port quand Papeete s'éveille enfin.

Les copains avec qui on passe le week-end sont les Olivier, Pierre et Caro rencontrés un certain 11 août 2010 dans une file d'attente d'enregistrement d'Air Tahiti Nui à Paris (avec leur deux petites Mathilde et Justine), et les Gallou, Laëtitia et le père Sylvain (deux enfants Théo le grand et Louna), collègues d'EPS avec qui on est tout le temps fourré : arsouilles, pêche, baleines, bateau, arsouilles (déjà écrit je crois), bricolage bijoux (pour les filles), arsouilles et Aranui bientôt ...

 

tetia 2

 

    Avant nous, d'autres européens ont déjà accosté sur cet atoll, petite présentation de ce paradis terrestre :

le premier à l'avoir découvert fut le Capitaine William Bligh en 1789 quand il était à la recherche des mutins du célèbre Bounty, il en trouva trois (oui, donc, il n'a pas été le premier, c'est wikipédia qui a faux, pas moi).  

En 1904, la famille royale de Tahiti offrit Tetiaroa au Dr Johnston Walter Williams, seul dentiste de l'île de Tahiti et consul d'Angleterre de 1916 à 1935.
En 1965, Marlon Brando acquiert l'atoll pour 99 ans après le tournage du film Les révoltés de la Bounty (1960) dans lequel il tenait le rôle de Christian Fletcher. Actuellement, l'atoll compte ... un habitant permanent, Teihotu Brando, le fils de Marlon. 

L'accès au lagon en bateau est impossible, il n'y a pas de passe. Seules des embarcations légères style petit zodiac peuvent profiter du surf sur une vague pour franchir la barrière de corail à certains endroits. C'est pourquoi l'isolement sur cet atoll est garanti.  

 

tetia 5

 

       Nous voilà donc en route sur les traces des mutins du Bounty et de Marlon Brando.

Clém scrute l'horizon, Dom tente vainement de faire mordre un mahi-mahi pendant que les deux complices Inés et Laetisse profitent du soleil vautrées sur le filet du catamaran. On a de la chance, l'océan est anormalement calme pour la saison, les estomacs tiennent le choc!.

 tetia 1b

 

    En vieux loup de mer Sylvain aperçoit le premier les contours de l'atoll. Dans la plus pure tradition Polynésienne, l'accueil est grandiose. Faute de colliers de fleurs (évidemment, y'a pas un chat sur le caillou), ce sont les dauphins et les baleines qui nous souhaitent la "bienvenue". Les dauphins jouent devant le cata, les baleines se reposent dans la baie à l'abri du courant et de la houle, l'une d'elles nous fait coucou avec la caudale avant de plonger.  

 tetia 3

 

       Equipé de palmes, masques et tubas, on s'immerge dans le bleu pour écouter les "conversations" des baleines, c'est magique.  On accoste sur un motu avec la petite annexe du catamaran, on se baigne. Chacun vaque à ses occupations :  recherche de crabes et coquillages pour Val et Théo, construction de cabanes pour les filles Clém et Louna, recherche de Bernard-l'hermite (comme d'hab') pour Rose et ses copines. Puis, on déguste le pique-nique préparé par Carina: poisson grillé (pas cru à cause des enfants ... grrr, exquis quand même) et bananes fei

Un coup d'oeil à gauche, un autre à droite, y'a personne, on se sent un peu seul au monde !!! 

 

 tetia 4

 

Après une courte sieste à l'ombre des cocotiers, estomacs et morals gonflés à bloc, on part pour une petite marche vers l'île aux oiseaux ...

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:10
    On a quitté Kakadu, mais avant de rejoindre Darwin, on fait un crochet d'une journée au Litchfield National Park. On retrouve le paysage typique du bush australien et on prend le temps de s'arrêter devant les immenses termitières cathédrales. Certaines "vieilles" d'une cinquantaine d'années culminent à plus de 5 mètres de haut. Clém aura beau tendre l'oreille pour détecter les termites gratter ou travailler à l'entretien des galeries, elle n'entendra rien, font-elle la sieste ??? ... Ce ne serait pas étonnant sous ce soleil de plomb.
 
lietchfield 1
 
    Les champs de termitières magnétiques sont aussi une autre attraction incontournable du parc. Les termites ont construit des termitières plates avec une parfaite orientation nord/sud ! Le champ ressemble alors à un véritable cimetière. D'après les scientifiques, cette orientation permettrait une ventilation optimale des galeries.
 litchfield 2
 
    Mais le top à Litchfield, ce sont les cascades. Le plateau de grés sur lequel se trouve le parc est "percé" par endroit, révélant une dense végétation tropicale qui tranche nettement avec la sécheresse qui sévit partout ailleurs dans le parc.
L'eau des Wangi Falls est claire et propre (bien qu'un peu froide), l'envie de se rafraîchir est irrésistible. Un panneau averti tout de même le baigneur de faire attention aux freshwater crocodiles. C'est précisé aussi qu'il ne faut pas se baigner en saison des pluies car des saltwater viennent ici, et là, c'est plus la même chanson !!!
A moitié rassurant ...
 lietchfield 3
 
    Puis on quitte le parc "au moral", juste avec une carte routière publicitaire et un GPS en petite forme. Pour rejoindre Darwin, on prend donc l'option courte plein nord, itinéraire doublement avantageux car en plus d'être le plus court,  il ne nous fait pas revenir sur nos pas.
Erreur, grosse erreur. Après avoir roulé une bonne cinquantaine de km, on se retrouve face à deux routes: une piste à droite, une piste à gauche ...
Il est trop tard pour faire demi-tour, notre timing avion est trop court ...
Nous voilà embarqués sur une piste à plafonner à une vitesse de 10/15 km/h, voire 20 km/h en pointe !!! La piste est une véritable tôle ondulée, le camping-car tremble de toutes parts, on devra même passer un gué !!!
Evidemment, on ne croise que des 4X4 qui carracolent à 80/100 km/h. Bizarrement, on retrouve tous les 5/6 km des portions de zones goudronnées sur quelques centaines de mètres, qui sont autant de fausses joies car à chaque fois, on retombe sur une nouvelle piste et on retrouve notre vitesse de croisière, celle d'un bon marcheur !!!
Voici la preuve en images :
 
On arrivera finalement à Darwin juste à temps pour rendre le camping-car et prendre l'avion pour Alice Springs.
 lietchfield 4
 
    L'épisode piste est un avant-goût de ce qui nous attend dans le Centre Rouge. Mais cette fois, c'est avec un véhicule tout-terrain que nous allons voyager sur les "gravel road" du désert !!!    
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 09:28

    Le 11 août dernier, entre deux heures et cinq heures du matin, toute la Polynésie avait les yeux rivés sur le petit écran pour suivre l'exploit sans précédent d'Anne-Caroline Graffe aux Jeux Olympiques de Londres. Au terme d'un parcours exceptionnel, la Tahitienne remporte l'argent en taekwondo, échouant d'un rien en finale contre son adversaire Serbe. C'est la première fois dans l'histoire des JO que la Polynésie rapporte une médaille à la France.

    En vacances pour une dizaine de jours au Fenua, elle a répondu favorablement à l'invitation de notre chef d'établissement  à venir présenter sa médaille à nos élèves. Anne-Caroline est de Paea, elle a passé ses années collège dans notre établissement.

Depuis deux jours, le collège est en effervescence. En ce vendredi, veille de vacances, les cours sont supprimés en dernière heure de la matinée. Les 700 élèves du collège forment une haie d'honneur et attendent leur championne.

 

ac graffe 1

 

Elle est accueillie avec des cadeaux et des colliers de fleurs comme le veut la tradition. Les "anciens" profs du collège sont fiers et un peu émus de la revoir (ici Jean-Jacques, notre super prof d'arts-pla). Emue, Anne-Caroline l'est visiblement aussi quand les 700 élèves l'acclament !!!

 

 ac graffe 2

 

   Après un spectacle de danse et un orero en son honneur, Anne-Caroline dira quelques mots d'encouragement à nos élèves. Elle les exhorte à croire à leur rêve et surtout les incite à partir, à avoir le courage de quitter Tahiti pour se former, pour découvrir autre chose : "Même en venant du petit collège de Paea perdu en plein milieu du Pacifique, on peut faire de grandes choses !!!!"

   Puis elle se prête avec la plus grande gentillesse à une interminable séance de dédicaces. Elle aura pour chacun de nos élèves une petite phrase gentille, et elle prend le temps pour chaque autographe d'écrire un mot personnalisé. En plus d'être une grande championne, elle est très sympathique, et a su rester simple et accessible.

 ac graffe 3

 

    Le lendemain, les "Nouvelles de Tahiti" consacreront une page à sa visite chez nous.

Une bien belle matinée s'achève. Les profs qui ont eu cours l'après-midi ont eu un peu de mal à faire travailler les élèves mais tout le monde a été comblé par cet événement. Anne-Caroline Graffe s'est dite aussi très touchée par l'accueil et a dit qu'elle ne s'attendait vraiment pas à un tel engouement chez nos élèves.

   Elle aussi donc fut comblée par cette matinée.

   Et, cerise sur le gâteau, elle a en plus la fierté de pouvoir dire : "J'ai été prise en photo avec Clémentine et Dominique Jacoberger !!!!"

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 09:21

    6h00 du mat', tout le monde debout !!!!!

La dictature de Dom "pour en profiter" comme il dit,  continue.

Le sommeil et le repos, il ne veut pas en entendre parler quand on est en vacances. "Il faut en pro-fi-ter" ...

Pour cette excursion de 3 heures sur la Yellow River, il aurait pu choisir celle de fin de matinée ou celle de fin d'après-midi, non, c'est sur la première du matin qu'on a le plus de chance de voir des animaux sauvages, donc c'est celle-là qu'il a imposée à toute la famille !!! Grrrrrrrrrr ...

    Mais une fois extirpés des draps, même si on a tous du mal à ouvrir les yeux, on part vers une chouette virée qui aura plu à tous tant il est vrai que nous avons pu approcher une vie sauvage abondante et variée.

 

 

Yellow river

 

   Au lever du soleil, le bateau glisse déjà sur les eaux de la Yellow River, immense rivière bordée par de vastes marais, refuge d'une faune et d'une flore remarquable.

   Sur les berges, les sangliers remuent la vase, un cormoran sèche ses plumes, une aigrette picore des poissons, il y a de l'activité. Et de l'avis du guide, nous avons de la chance, on voit surgir au loin un énorme buffle de plus d'une tonne qui va nous gratifier de sprints rageurs (l'avons-nous mis en colère ???) pendant quelques minutes avant de disparaître.

 

 yellow river 2

 

   C'est le royaume des oiseaux de toutes sortes. On y croise les cousins "sudistes" des espèces qu'on trouve chez nous. Où est l'exotisme alors ??? C'est vrai qu'on pourrait se croire en Irlande sur l'Erne au sur une grande rivière européenne style Danube ... 

 yellow river 3

 

      C'est la présence de nombreux crocodiles qui nous rappelle que nous naviguons sur des eaux hostiles en climat tropical. Il y en a vraiment beaucoup ("des saltwater"), on en verra un d'au moins 5 mètres tout près du bateau ... impressionnant ...

 yellow river 4

 

   Clém a le sourire un peu crispé ... qui a dit que les dinosaures avaient disparus il y a 65 millions d'années ???

 

 

Partager cet article
Repost0