Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de jaconews-de-tahiti.over-blog.com
  • : Après trois ans d'attente, nous obtenons enfin notre mutation pour Tahiti. Pour nous, commence une grande aventure que nous allons partager avec vous ...
  • Contact

Compteur de visites

Recherche

Heure à Epinal

Heure à Paea

   Vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous voir et à laisser des commentaires : MERCI !!

Si notre blog vous intéresse, vous pouvez vous abonner à notre Newsletter, ainsi dès qu'un article est publié, vous le recevrez dans votre boîte mail !!!

Pages vues depuis juin 2010

                    182409

vivre en Polynésie Francaise

3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 04:03
    On va terminer en beauté notre périple australien. La randonnée dans les Monts Olga (kata Tjuta en Aborigène) restera pour nous un de nos plus beaux souvenirs d'Australie.
Le touriste bourguignon rencontré la veille à l'hôtel nous avait mis l'eau à la bouche: "Uluru, Uluru,pfff, tout le monde s'y précipite, bon c'est joli mais ... les Monts Olga, y'a presque personne et là ouhhhhh, c'est géant, Extraordinaaaiiiiiire, c'est terrible, c'est faaaaaabuleux ...". On s'est bien marré avec Val en imitant l'enthousiasme débordant du gaillard.
Donc, nous partons visiter ces drôles de montagnes qui correspondent au même type de "résurgences" qu'Uluru sauf que l'érosion y a été plus active: ces sont 36 petits "Ulurus" qui forment cette chaîne de montagnes. 
 
 
mo 1
 
    Plusieurs sentiers de randonnées balisées s'enfoncent au coeur du massif. Celui de la "valley of the wind" est le plus long mais 4 heures de marche ne vont pas nous effrayer, ... on a fait tant de km en voiture, on peut en faire huit à pied.
Le sentier est escarpé et parfois assez sportif mais le cadre est tellement beau que même les p'tites pattes de Rose semblent avancer toute seules !!!
 
mo 2
 
 
    On flâne un peu en chemin, mais la fin de journée approche, alors sur la dernière heure, on va presser le pas. Parmi les quelques touristes rencontrés sur la première partie du parcours commun à plusieurs sentiers, nous sommes les seuls à nous être engagés sur "la grande boucle". On a vraiment l'impression d'être seuls au monde, loin, très loin de la civilisation dans un environnement hyper sauvage ...
 
 mo 3
 
    Seuls au monde, pas tout à fait ... Au fur et à mesure que le soleil baisse, de nombreux kangourous sortent de leurs repères diurnes pour aller faire bombance dans les quelques taillis d'herbe verte dans les fonds de vallée à l'abri du soleil.  
 
 mo 4
 
    Quand on retrouve la voiture, on constate que nous sommes bien les derniers sur le site, il ne reste plus qu'une voiture sur le parking visiteur !!!
Sur le retour, on jette un dernier coup d'oeil au mont Uluru qui devient rouge incandescent quand le soleil s'apprête à se coucher.
On finit cette belle journée avec des étoiles plein la tête mais le ventre qui sonne plutôt creux. Le soir à l'hôtel, on opte pour la conviviale formule "self grillade". On va enfin tester la viande de croco, de buffle et d'émeu (grosse autruche sauvage australienne). Et, alors qu'on s'est ému toute la journée de voir kangourous et wallabies, ça ne nous a pas empêché de mettre sur le grill une brochette de viande de ... kangourou !!!
 
 
 mo 5
 
    Cette belle étape dans le Centre Rouge marque la fin de nos vacances en Australie. Cela vaut bien une vidéo sur notre rando, à regarder au son d'un chant aborigène (en préparation) !!!  
 
 

 

       

 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 05:55

    Au bout de la longue piste, notre récompense ...

On a de quoi se dégourdir les jambes en admirant un des paysages  les plus spectaculaires d'Australie centrale : le Kings Canyon et ses falaises vertigineuses. On emprunte d'abord le facile Kings Creek walk, petit sentier rocailleux de 2 km dans le fond du canyon. Perroquets et lézards nous accompagnent. Comme nous sommes en fin de journée, la roche prend des couleurs rouges/oranges magnifiques.

 

kings canyon 2

 

    Puis, le lendemain, on file sur le Kings Canyon Rim Walk, sentier qui cette fois serpente sur la crête du canyon. Personnes sujettes au vertige s'abtenir, le sentier frôle parfois le bord de la falaise d'assez prêt. On part d'un côté, on revient de l'autre. Au bout du canyon, on descend dans le "jardin d'Eden" qu'on peut admirer depuis un pont. C'est une petite poche de verdure luxuriante de quelques centaines de m2 à peine entourée d'une petite piscine naturelle.

La balade de 6 km dure 4 heures et n'est pas sans difficultés ! On slalome entre de jolis dômes de roche, mais parfois, on doit aussi les escalader.

Le canyon résonne-t-il encore des cris de Rose qui s'est éraflé le genou ??? ... elle finira la rando sur les épaules de papa ... elle a parfois tendance à confondre rando et footing comme sur la photo en bas à gauche ... la probabilité d'une chute est alors très grande !!!

 

 

kings canyon 1

 

 

    A quelques centaines de km au sud, on rejoint Ayers Rock. Le célèbre rocher est le joyau du Centre Rouge. Cet impressionnant monolythe "planté" en plein désert appartient aux Aborigènes. Il a pour eux une profonde signification culturelle, il est sacré. Il est vrai que la première vision de ce "gros caillou" (3.6 km de long) est assez irréelle, c'est une curiosité géologique assez incroyable. Il est comme un iceberg, la partie émergée d'une énorme masse de grés qui se prolonge sous terre. 

Légalement, on peut grimper sur une de ses arêtes les moins pentues mais les Aborigènes communiquent beaucoup sur le respect du site et demandent aux visiteurs de ne pas faire l'ascension. Plusieurs dizaines de personnes y ont fait des chutes mortelles. Les aborigènes Anangu, gardiens du site se disent très touchés à chaque fois qu'il y a un mort. Depuis quelques années, la consigne est de plus en plus respectée, on ne verra personne grimper. 

 

 uluru 3

 

 

    On se contente donc de la courte promenade autour du rocher en s'arrêtant aux plus jolis points de vue. Clém se connecte aux ondes mythiques du lieu ...

A côté du rocher, nous visitons un joli musée sur l'art, l'histoire et la culture Aborigène. C'est aussi l'occasion de ramener quelques souvenirs de vacances. 

 

 uluru 2

 

    Deux jours plus tard,  quand on retourne à Tahiti via Sydney, nous avons la chance de survoler Uluru en fin de journée. La roche se pare alors de couleurs magnifiques.

 

    Mais nous serons encore plus impressionnés par la superbe randonnée dans les monts Olga, non loin d'Uluru, autre lieu mythique pour les Aborigène mais plus difficile d'accès, moins visité, donc plus authentique. 

Ce sera le thème de notre dernier article sur notre virée australienne ...     

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 23:20
      Bye-bye les crocos, on entame la dernière partie de notre voyage en Australie dans le désert du Centre Rouge au fin fond de l'Outback australien.   
  larapinta 1 BIS
 
       Une étape de 320 km nous attend, dont 210 sur des pistes. Ca fait bizarre de s'engager sur "un chemin" en sachant que la prochaine station service est à plus de 200 km !!! Partout on lit des anecdotes  sur des naufragés de la route morts de soif, de faim ... Nous prenons donc toutes nos précautions, mais nous n'embarquons pas (comme il est préconisé pourtant) deux roues de secours !!! Les gros 4X4 que nous croisons sont en effet tous équipés de deux roues de secours et vu le nombre de pneus explosés dans le bas-côté, ce ne doit pas être un luxe ... Reste à croiser les doigts pour ne pas crever, sinon, sans roue supplémentaire, bonjour le stress.
 
      Nous nous sentons tout de même en sécurité puisque nous croisons un véhicule toutes les 30 minutes environ.
Mais la chose est prise très au sérieux par tous car à chaque fois qu'on fait arrêt pipi, casse-croûte ou visu du paysage ou animaux, les voiture qui passent s'arrêtent pour nous demander si "everything is okay ?".
 
On prend un peu la mesure de l'immensité de ce désert ...
 
La monotonie des grands espaces est parfois rompue quand on aperçoit de magnifiques chevaux sauvages.
 
 larapinta 2
 
 
      Plus loin, on verra les fameux dromadaires australiens sauvages. Importés d'Asie au 19ème siècle pour transporter personnes et marchandises à travers l'île-continent : ils ont été remplacés au début du 20ème siècle par le train et les transports modernes. Ils ont été lâchés dans la nature et se sont reproduits ... Il y aurait aujourd'hui près d'un million de dromadaires en Australie.
On scrute l'horizon avec nos yeux de lynx et apercevons le super-prédateur australien, le Dingo.
 
  larapinta 3
 
      En s'approchant des dromadaires, on revient de la brousse avec des dizaines de "boulettes à crochet" agrippées aux chaussures, encore une belle idée de la nature pour disséminer les graines de cette plante !!! 
 
      Sur la Stuart Highway, la route trans-australienne qui relie le nord au sud, on avait vu les imposants "Road trains" mais on n'était loin d'imaginer qu'ils s'aventuraient aussi sur les pistes du centre rouge !!! Ces camions surpuissants tractent 3 ou 4 remorques (jusqu'à 6 paraît-il mais on n'en a pas vu de si longs).
      De nombreux panneaux mettent en garde les automobilistes qui veulent doubler : Les Road Trains mesurent parfois plus de 50 mètres, donc le dépassement aussi peut être long ...
 
Ils nous croisent à toute vitesse dans un énorme nuage de poussière.
 
 larapinta 4
 
      Plus on se rapproche de Kings Canyon, plus la terre est rouge, la piste est rouge, la poussière est rouge, les cailloux sont rouges, la voiture est rouge, nos trous de nez sont rouges ...
      Aux heures chaudes de la journée, les animaux sont aux abris. Le spectacle est dans la voiture, l'animation est alors assurée par les enfants. C'est d'abord Rose qui a l'autorisation de son père pour "conduire" le X-Trail : sur les genoux de papa, Rose maîtrise le cap, pas de problème. La voiture aura bien visité deux ou trois fois l'accôtement mais comme elle a rattrapé le coup sans de trop gros coups de volant, ses parents lui accorderont le certificat de conduite sur piste australienne.
Pour Val, c'est la maîtrise totale. Boîte automatique, pas de problème, un petit 70/80 km/heure tout en douceur, conduite à gauche, no soucy. Val avalera une petite trentaine de km sans stress (c'est pas la même chose pour sa maman ...).
 
 larapinta 5
 
     Voici quelques extraits des leçons de conduite ...
 
 
    Du coup, arrivés à Kings Canyon, pour Dom et Inés, entre boire ou conduire, ils n'ont plus à choisir : Val peut ramener la voiture et ses ivrognes de parents jusqu'à l'hôtel ....    
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:10
    On a quitté Kakadu, mais avant de rejoindre Darwin, on fait un crochet d'une journée au Litchfield National Park. On retrouve le paysage typique du bush australien et on prend le temps de s'arrêter devant les immenses termitières cathédrales. Certaines "vieilles" d'une cinquantaine d'années culminent à plus de 5 mètres de haut. Clém aura beau tendre l'oreille pour détecter les termites gratter ou travailler à l'entretien des galeries, elle n'entendra rien, font-elle la sieste ??? ... Ce ne serait pas étonnant sous ce soleil de plomb.
 
lietchfield 1
 
    Les champs de termitières magnétiques sont aussi une autre attraction incontournable du parc. Les termites ont construit des termitières plates avec une parfaite orientation nord/sud ! Le champ ressemble alors à un véritable cimetière. D'après les scientifiques, cette orientation permettrait une ventilation optimale des galeries.
 litchfield 2
 
    Mais le top à Litchfield, ce sont les cascades. Le plateau de grés sur lequel se trouve le parc est "percé" par endroit, révélant une dense végétation tropicale qui tranche nettement avec la sécheresse qui sévit partout ailleurs dans le parc.
L'eau des Wangi Falls est claire et propre (bien qu'un peu froide), l'envie de se rafraîchir est irrésistible. Un panneau averti tout de même le baigneur de faire attention aux freshwater crocodiles. C'est précisé aussi qu'il ne faut pas se baigner en saison des pluies car des saltwater viennent ici, et là, c'est plus la même chanson !!!
A moitié rassurant ...
 lietchfield 3
 
    Puis on quitte le parc "au moral", juste avec une carte routière publicitaire et un GPS en petite forme. Pour rejoindre Darwin, on prend donc l'option courte plein nord, itinéraire doublement avantageux car en plus d'être le plus court,  il ne nous fait pas revenir sur nos pas.
Erreur, grosse erreur. Après avoir roulé une bonne cinquantaine de km, on se retrouve face à deux routes: une piste à droite, une piste à gauche ...
Il est trop tard pour faire demi-tour, notre timing avion est trop court ...
Nous voilà embarqués sur une piste à plafonner à une vitesse de 10/15 km/h, voire 20 km/h en pointe !!! La piste est une véritable tôle ondulée, le camping-car tremble de toutes parts, on devra même passer un gué !!!
Evidemment, on ne croise que des 4X4 qui carracolent à 80/100 km/h. Bizarrement, on retrouve tous les 5/6 km des portions de zones goudronnées sur quelques centaines de mètres, qui sont autant de fausses joies car à chaque fois, on retombe sur une nouvelle piste et on retrouve notre vitesse de croisière, celle d'un bon marcheur !!!
Voici la preuve en images :
 
On arrivera finalement à Darwin juste à temps pour rendre le camping-car et prendre l'avion pour Alice Springs.
 lietchfield 4
 
    L'épisode piste est un avant-goût de ce qui nous attend dans le Centre Rouge. Mais cette fois, c'est avec un véhicule tout-terrain que nous allons voyager sur les "gravel road" du désert !!!    
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 09:21

    6h00 du mat', tout le monde debout !!!!!

La dictature de Dom "pour en profiter" comme il dit,  continue.

Le sommeil et le repos, il ne veut pas en entendre parler quand on est en vacances. "Il faut en pro-fi-ter" ...

Pour cette excursion de 3 heures sur la Yellow River, il aurait pu choisir celle de fin de matinée ou celle de fin d'après-midi, non, c'est sur la première du matin qu'on a le plus de chance de voir des animaux sauvages, donc c'est celle-là qu'il a imposée à toute la famille !!! Grrrrrrrrrr ...

    Mais une fois extirpés des draps, même si on a tous du mal à ouvrir les yeux, on part vers une chouette virée qui aura plu à tous tant il est vrai que nous avons pu approcher une vie sauvage abondante et variée.

 

 

Yellow river

 

   Au lever du soleil, le bateau glisse déjà sur les eaux de la Yellow River, immense rivière bordée par de vastes marais, refuge d'une faune et d'une flore remarquable.

   Sur les berges, les sangliers remuent la vase, un cormoran sèche ses plumes, une aigrette picore des poissons, il y a de l'activité. Et de l'avis du guide, nous avons de la chance, on voit surgir au loin un énorme buffle de plus d'une tonne qui va nous gratifier de sprints rageurs (l'avons-nous mis en colère ???) pendant quelques minutes avant de disparaître.

 

 yellow river 2

 

   C'est le royaume des oiseaux de toutes sortes. On y croise les cousins "sudistes" des espèces qu'on trouve chez nous. Où est l'exotisme alors ??? C'est vrai qu'on pourrait se croire en Irlande sur l'Erne au sur une grande rivière européenne style Danube ... 

 yellow river 3

 

      C'est la présence de nombreux crocodiles qui nous rappelle que nous naviguons sur des eaux hostiles en climat tropical. Il y en a vraiment beaucoup ("des saltwater"), on en verra un d'au moins 5 mètres tout près du bateau ... impressionnant ...

 yellow river 4

 

   Clém a le sourire un peu crispé ... qui a dit que les dinosaures avaient disparus il y a 65 millions d'années ???

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 21:48

   On est au "bout du bout" de Kakadu, dans la région d'Ubirr. C'est un territoire Aborigène où on peut voir d'anciennes peintures rupestres. On pose le camping-car en pleine brousse. Super sympa le p'tit déj' en plein air.

Mais comme la forêt est un peu poussiéreuse et qu'il y a quelques feuilles mortes sur la table, Inés fait un p'tit coup de ménage (ça lui manquait !) ...   

 

 suite 1

 

    Le soir,  les hommes ont voulu faire un feu pour passer une partie de la soirée dehors, mais les filles refusent d'affronter les (certes nombreux) moustiques. On se replie dans l'habitacle du camping-car pour manger et improviser un concours de grimaces

 

suite 8

 

 

   Redevenons un peu sérieux. On est quand même pas venus en Australie pour faire n'importe quoi !!!

 

   Pendant deux jours, on va randonner dans des paysages de mini canyons joliment façonnés pr l'érosion. Il fait chaud, les kangourous sont aux abris. Val et Dom "traquent" en vain les serpents, on n'en verra pas, ce qui n'est peut-être pas un mal.   

 

suite 3

 

    A de nombreux endroits, des peintures anciennes nous rappellent la présence des Aborigènes plusieurs millénaires avant que les colons Anglais ne viennent faire main basse sur l'île continent. 

  suite 2

 

 

    Ouf, un peu d'ombre, la vie est dure à Kakadu. Des petits arbres poussent sur la roche et doivent déployer une énergie considérable avec d'immenses racines pour aller capter l'eau qui envahit le parc pendant quelques mois à la saison des pluies. 

 

 suite 4

 

    Mais la nature est très inventive quand il s'agit de survivre en milieu hostile. Sûrement pour dissuader les rongeurs, cet arbre arbore sur son tronc d'impressionnants piquants !!!

Les oiseaux sont toujours aussi nombreux, les perroquets tenant encore une fois largement la vedette. On les voit souvent se nourrir des graines enfermées dans la grosse cocotte rouge du pandanus. 

 suite 5

 

    Bien sûr, les billabongs ne sont jamais loins et les panneaux nous rappellent qu'on doit rester vigilants. D'ailleurs, on a eu droit à une belle frayeur : tout près de nous, dans les hautes herbes près de notre sentier, on est resté quelques minutes figés sur place en voyant les herbes remuer. Finalement, en tentant une approche (mais en vérifiant qu'une rapide fuite en arrière était possible), on s'est aperçu que ce qu'on pensait être un mangeur de Jaco affamé, n'était qu'une sorte de pintade qui grattait frénétiquement le sol pour extraire graines ou vers !!! 

 suite 6

 

    En quittant la région d'Ubirr, on retrouve de nombreux feux de forêts.  On passe à travers avec le camping-car, c'est impressionnant, mais la présence de Rangers, les gardiens du parcs (et pas de pompiers) nous intrigue.  

 suite 7

 

 

     On aura finalement l'explication : ce sont les rangers eux-mêmes qui mettent le feu à la brousse, perpétuant une tradition aborigène qui paradoxalement permet au bush de se régénèrer et de rester "en bonne santé". Les espèces invasives, dominantes sont détruites et très rapidement, après le feu, tout repousse de plus bel.  

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 08:05

    Après les 4 heures d'avion qui nous séparent de Brisbane, on est content de récupèrer le camping-car que nous avons réservé à Darwin pour notre première étape dans l'Australie profonde.

Nous sommes au nord de l'Australie, dans le "Northen Territory". On file plein Est vers Kakadu National Park par la Arnhem Highway. Jabiru, l'unique vill ... age du parc à 220 km de Darwin, ne compte quekakadu 6 1100 habitants. 

 

    On ne sait pas encore qu'on va vers un territoire ... sans internet. Isolement garanti !!!

 

    On n'est pas habitués à ces grands espaces. Le Territoire du Nord, une des 5 régions de l'Australie, a une superficie de 1.400.000 km2 soit trois fois la superficie de la France, et ne compte que 9 villes de plus de 1000 habitants !!!

Nous partons pour un petit millier de kilomètres sur le triangle Darwin/Jabiru/Pine Creek.

 

Pine Creek, Pine Creek, pas moyen d'y trouver la bière fraîche dont Inés rêvait après 3 heures de camping-car non-stop !!! Quelle surprise en arrivant à Pine Creek quand nous avons vu que ce que nous pensions être une grande ville sur la carte n'était en fait qu'un hameau de 600 âmes !!!

 

 

    Les routes principales quand même goudronnées et les kangourous qui traversent la route  nous boostent le moral. 

 

    Juste avant Kakadu, un joli musée sur la faune et la flore du parc nous explique (entre autres choses) les différentes saisons dans le Nord. C'est l'hiver, c'est la saison sèche. Il fait très chaud toute l'année ici. Pour l'instant, on frôle les 35° mais un fort vent atténue la sensation de chaleur. Cela dit, on n'est pas mécontent de retrouver un mercure au top !

Depuis le point de vue aménagé au-dessus du musée, on voit les billabongs, ces trous d'eau dans lesquelles se rassemblent les crocodiles quand les rivières sont presque à sec.

On voit quantité d'oiseaux tel ce magnifique guépier.

Mais on est un peu inquiets car au loin, le bush brûle, et c'est justement dans cette direction que se faufile la route vers Kakadu ...

 

kakadu 1

 

     En souvenir, Rose achète un oeuf de crocodile que nous ferons éclore quand on rentrera à Tahiti.

 

     Nous passons à travers les flammes et nous arrivons dans le mythique Kakadu National Park, classé au patrimoine mondial de l'humanité à la fois comme "patrimoine naturel" et "patrimoine culturel". 

Les buses guettent les cadavres de kangourous sur le bord de la route. Quant à nous, on va ouvrir l'oeil afin d'apercevoir notre premier crocodile sauvage !

A chaque traversée de rivières, qui bien souvent ne sont plus que de trous d'eau sans courant, nous allons voir depuis le pont si un mastodonte veut bien se montrer. Les panneaux de mises en garde contre l'extrême dangerosité des crocodiles sont nombreux, impossible d'y échapper. Val qui a passé 2 semaines en Nouvelle-Zélande n'a aucun mal à traduire: "Danger. Des crocodiles habitent dans cet endroit, leurs attaques entraînent une blessure ou la mort".

Clair, net et précis.  

 

kakadu 2

 

      Nous nous arrêtons non loin de la route et nous engageons sur un cours sentier balisé qui mène à un marais. On ne verra pas de croco encore cette fois-ci, mais on est une fois encore impressionné par les mises en garde.

Traduction: "ALERTE SECURITE CROCODILE: des crocodiles ont été vus tout près de ce chemin de randonnée. Soyez en alerte et faites extrêmement attention quand vous marchez sur les chemins qui longent les billabongs. Surveillez en tous temps les enfants et ne les laissez pas approcher le bord de l'eau. NE RISQUEZ PAS VOTRE VIE ET CELLE DES AUTRES".

 

    On sent partout la présence de ce grand reptile dans la région, c'est le plus grand reptile au monde, il suscite beaucoup de passion. Pour preuve la photo en "une" du journal local, le jour de notre arrivée à Darwin: "Des braconniers ont tué et décapité un croco géant de plus de 5 mètres de long, tout le territoire est en émoi. "

 

    Puis enfin, on voit nos deux premiers crocos, un de chacune des deux espèces représentées à Kakadu.

On voit d'abord un freshwater crocodile, un croco d'eau douce. Cette espèce n'est pas agressive, ce croco ne charge pas délibérément. On le distingue de l'autre espèce grâce à son museau assez fin et sa corpulence élancée (photo de droite).

Puis, on voit au loin depuis un autre pont une pièce énorme. On ne voit pas bien sa tête mais sa corpulence indique qu'il s'agit d'un saltwater crocodile (crocodile marin). Il est très dangereux, c'est lui le patron ici. Il peut mesurer 6 mètres et peser une tonne ! Il remonte loin dans les rivières où il cohabite avec les "freshwater". Chaque année des attaques sur des humains ont lieu et les morts sont fréquents. Il est capable d'accélérations foudroyantes sur quelques mètres (photo de gauche). 

 

 

 

kakadu 3

 

  Après Jabiru à l'extrême Est du parc, Cahill Crossing marque le début de la terre d'Arnhem, autre territoire Aborigène, accessible uniquement avec un permis spécial.  

L'East Alligator River qui fait justement la frontière entre Kakadu et la Terre D'Arnhem est réputée pour abriter une forte colonie de crocodiles marins.

 La présence de pêcheurs de barramundis, de camions et 4X4 qui traversent nous rassurent un peu, on se rafraîchit les pieds. Mais on aperçoit au loin depuis le gué, le dos d'une belle bête ...

 

 kakadu 4

 

    Nous nous engageons sur un sentier qui longe la rivière. Le premier croco que Val voit le fait hurler : " Là papa, tout près, un croco !!!!!" 

Puis, en descendant le courant, à chaque virage, sur chaque plage de boue un peu dégagée, on voit des petits, des moyens, des gros, des énormes crocodiles marins !!! Notre excitation retombe un peu, mais pas notre vigilance.

La rivière est en fait infestée de reptiles en apparence tranquilles, mais en apparence seulement car c'est en ce moment qu'ils sont les plus agressifs.

Cela est dû à leur grande concentration : nous sommes à la fin de la période sèche et beaucoup de billabongs sont à sec. Le territoire des crocos est considérablement réduit au seul lit de la rivière principale. D'où une promiscuité et une agressivité accrue ... alors vigilance ... c'est pas le moment de dévisser et de tomber au jus !!!

 

 kakadu 5   

 

    Le Territoire de Nord compte plus de 100.000 crocodiles, presque autant que d'habitants ! On voulait voir des crocodiles, des vrais, des sauvages, nous n'avons pas été déçus.

On comprend mieux maintenant pourquoi le fameux "Crocodile Dundee" a été tourné dans Kakadu National Park ...

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 06:35

    C'est au nord de Brisbane que nous allons passer une journée à l'Australia zoo où une belle concentration d'espèces d'animaux australiens est représentée.

Steeve Irwin, personnage très charismatique en Australie a consacré sa vie et sa fortune à la protection des animaux sauvages et à la construction de ce parc. Dans ce zoo, les animaux évoluent dans de vastes enclos, à tel point qu'il est parfois difficile de les voir. On est loin du "lion en cage" qui tourne dans un sens, puis dans l'autre, puis dans l'autre ...

Il a aussi créé une clinique pour animaux sauvages et il est à l'origine des "wildlife warriors", ("les guerriers de la vie sauvage"). Il était connu pour sa proximité avec les animaux qu'il vénérait (surtout les crocodiles), mais cette passion lui a coûté la vie : il est mort récemment à 42 ans foudroyé par la piqûre d'une raie. Incroyable destin qui fait de lui un mythe en Australie.

 

On verra donc quantité de serpents, d'araignées, des émeus (grosse autruche australienne), des wombats (mammifère mi-cochon, mi-chien), mais on craque devant les koalas, incroyables boules de poils qui passent 18 à 20 heures par jour ... à dormir (il paraît que leur unique alimentation, l'eucalyptus est difficile à digèrer).

 

 

australia zoo 1

 

   On passe aussi un long moment dans les enclos de kangourous qu'on peut nourrir avec des céréales. Rose est sous le charme, elle ne cesse de se frotter à eux "mes kangous, ils sont trop gentils ..." 

 

 australia zoo 2

 

    La traditionnelle photo avec un koala est incontournable, Clém ne manquerait pour rien au monde cette occasion. 

 

 australia zoo 3

 

    Val est fasciné depuis longtemps par les serpents, il veut aussi sa photo souvenir de l'Australia zoo, mais avec un boa constrictor !!! Au moment de la photo, il a une pensée pour Michael Jackson. Son idole avait comme animal de compagnie la même bestiole qu'il avait appelée "Muscle" !!

 

   Il passe du temps devant les vivarium à lézards et serpents quand lui vient l'idée d'en élever lorsqu'on sera rentré en métropole. Son père est rapidement un allié sur ce coup, mais sa mère est quant à elle nettement plus sceptique ...

 

 australia zoo 4

 

 

    Rose aussi a eu un serpent dangereux autour du cou :  bon, oui, il était un peu en plastique et venait de la boutique de souvenirs, mais elle l'a fait !!! 

 

    Par contre, dans la partie africaine du parc, c'est "en vrai" qu'elle a donné à manger à un éléphant. La bête devait avoir un peu la goutte au nez (ou plutôt la goutte à la trompe), parce que Rose a récupéré au passage une bonne quantité de bave (morve ?) sur sa main !!!

 australia zoo 5

 

  En se promenant dans les allées, on peut toucher des lézards et des crocos et toutes sortes de bestioles exotiques. On assiste à un spectacle avec crocodiles, aigles et perroquets. On constate que le dresseur garde toujours une bonne distance de sécurité avec l'animal pourtant bien dressé ....

 

D'ailleurs, la journée a failli mal finir ... un monstre s'est échappé d'un enclos. Il a fallu qu'on se mette à trois pour extirper Rose de la mâchoire du croco géant qui avait pris Rose pour une saucisse apéritif. Elle ne s'en sort qu'avec quelques égratignures et une belle frayeur !!! 

 

 ausralia zoo 6

 

 

    Demain, on s'envole vers une autre destination, Le Territoire Du Nord dans la région de Darwin et ses vastes étendues sauvages, où on espère cette fois voir en liberté toutes les espèces qu'on a vu aujourd'hui dans des enclos. 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 03:24

    Aller en Australie pour faire des parcs d'attraction ??? Ben oui, à Tahiti, on n'a même pas un petit centre aquatique avec tobogans et piscines à vagues. Il y a bien une fête foraine avec quelques manèges, mais ce ne sont pas des manèges permanents et c'est ... en ce moment.

 

Donc cette journée "spéciale enfants" nous amène à l'immense Dreamworld de Brisbane. On se gave de toutes sortes de manèges, il n'y a pas d'attente (les enfants du Queensland sont à l'école), c'est appréciable. Seule Clém accompagne son père sur les manèges à sensation fortes. Concernant "the claw", elle le regrettera (image en bas à droite) ... D'ailleurs pour Dom aussi, il était temps que "ça s'arrête".

 

dreamworld 1

 

    A vrai dire, aucun d'entre nous n'est vraiment amateur de manèges géants qui nous ballotent dans tous les sens. Par contre, côté acting, y'en a toujours un pour faire le clown.

 dreamworld 3

 

Et c'est souvent Clém qui assure le show !!!

 

 dreamworld 4

 

    Donc on s'oriente plutôt vers des manèges plus traditionnels style radeau dans les rapides  mais qui nous permettent au moins autant de nous amuser !!!

 

 magicworld 2

 

 

  Voilà une petite journée bien sympathouche. On fait la fermeture du parc. Enfants et parents se sont bien divertis, et ce n'est pas fini : le lendemain,  on enchaîne avec Australia Zoo ...

Partager cet article
Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 07:28

    Après Sydney et ses environs, nous voici un petit millier de km plus au nord, dans la région de Brisbane. Il fait plus chaud et le temps est toujours au beau fixe. Après une matinée à chercher (on a trouvé) un objectif d'appareil photo pour remplacer celui qui a rendu l'âme dans les Blue Mountains la veille, on visite les environs. Brisbane est connue pour sa Gold Coast, l'équivalent de notre côte d'Azur hyper bétonnée, on zappe.

On se promène dans les parcs péri-urbains de petites villes et villages, on flâne, mais on ouvre l'oeil car il paraît qu'il y a beaucoup de pythons dans cette région et qu'on peut peut-être voir quelques koalas

 

nature 3

 

 

    Pour cette fois, on a pu observer un bébé koala "Rose" manger les feuilles d'un eucalyptus "valentinus", mais pas de python.

 

Comme en Nouvelle-Zélande, chaque village a son parc de jeu. Sevrés à Tahiti, les enfants en profitent. Puis c'est l'heure du pique-nique, au menu, sandwichs et ... quiche Lorraine !!! La mini-quiche n'est pas donnée (5.30 $AUS, soit 4.50 €), mais on ne renie pas nos origines.

 

 

 nature 5

 

 

    A peine notre pique-nique rangé, on s'aperçoit que juste au-dessus de nos têtes, on avait à environ 10/12 mètres du sol, un koala, un "vrai", un sauvage qui somnolait à la commissure de deux branches. On est chanceux, les koalas sont en voie de disparition et font l'objet de mesures de protection très strictes.

L'émotion est là, et sa présence provoque vite un attroupement au pied de cet eucalyptus géant. Même pour les Australiens, voir des koalas en liberté est de plus en plus rare. 

 

 nature 4

 

 

    On déroule notre journée au hasard de quelques promenades indiquées dans des brochures touristiques. On voit des pélicans, un kookaburra (martin pêcheur géant), on voit des araignées de la taille d'une main (celle de Rose mais c'est suffisant quand même de nous dissuader d'aller vadrouiller en short dans les hautes herbes),  on voit nos premiers lézards (dont un magnifique de près d'un mètre (!) qui se réchauffe au soleil sur un muret en ville), et des corbeaux avec une écharpe blanche (le corbeau flûteur) ...

 nature 1

 

  Mais une fois encore, ce sont les perroquets et perruches qui nous émerveillent le plus. Ils sont en nombre et très familiers.  Leurs couleurs sont incroyables.

 nature 2

 

 

Le climat tropical de la région de Brisbane nous a permis un premier vrai contact avec l'exubérante nature australienne. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

 

Mais pour l'instant, au programme figure la visite des grands parcs de la Gold Coast, le parc d'attraction "Dream World" et le parc animalier "Australia zoo".  

Partager cet article
Repost0