Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de jaconews-de-tahiti.over-blog.com
  • : Après trois ans d'attente, nous obtenons enfin notre mutation pour Tahiti. Pour nous, commence une grande aventure que nous allons partager avec vous ...
  • Contact

Compteur de visites

Recherche

Heure à Epinal

Heure à Paea

   Vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous voir et à laisser des commentaires : MERCI !!

Si notre blog vous intéresse, vous pouvez vous abonner à notre Newsletter, ainsi dès qu'un article est publié, vous le recevrez dans votre boîte mail !!!

Pages vues depuis juin 2010

                    182409

vivre en Polynésie Francaise

23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 02:27
    S'il est une culture qui est bien vivante et authentique en Polynésie, c'est bien celle des Marquises.
   
    On a pu s'en rendre compte au cours de notre voyage sur l'Aranui. Tradition de l'accueil déjà : sur chaque île, on est acceuilli avec fleurs et chants. A Fatu Hiva, on recevra même chacun un superbe collier de graines.
Sur le site archéologique de la vallée de Taipivai, on a droit à la danse du cochon au pied d'un gigantesque banian.
 
traditions 1
 
 
 
Dans les restaurants où on mange le midi, souvent des danseurs (et danseuses) marquisiens animent l'apéro (ici à Ua Pou).
 traditions 2
 
   
   L'artisanat est une des quelques ressources de l'île. Les ressources naturelles sont exploitées pour la confection de bijoux ou d'objets de décoration.
Différentes essences de bois sont travaillées pour faire des tikis, des rames gravées ... Chaque île a plus ou moins sa spécialité : sculpture de l'os, de la pierre, du bois, de la corne ou du rostre d'espadon.
Les prix sont hyper corrects par rapport au travail que nécessitent ces objets et certaines réalisations sont magnifiques.
 traditions 3
 
    En sortant un peu des sentiers battus, on peut facilement aller à la rencontre des artisans.
   Ce tailleur de pierre de Ua Pou nous explique avoir dû déplacer son atelier en pleine forêt conformément au cahier des charges de la demande de classement de l'île au patrimoine mondial de l'humanité.
Il sculpte la pierre fleurie, une pierre volcanique parsemée de petites taches en forme de fleurs. Autour de son atelier, en pleine forêt donc, il a installé ses créations, nous sommes dans un musée à l'air libre.
 traditions 4
 
    A Fatu Hiva, les femmes nous font des démonstration de tapa. L'écorce des arbres (mûrier, arbre à pain ou banian) est inlassablement battue entre pierre et marteau de bois d'aito pour faire un tissu végétal très résistant qui servait autrefois de vêtements. Aujourd'hui, imprimé de motifs Marquisiens, le tapa est uniquement décoratif.
 
    Une odeur envoûtante flotte dans l'air: les femmes portent dans leurs cheveux des umuhei. Ce sont des bouquets bouquets de fleurs et plantes aromatiques utilisés jadis comme filtre d'amour ...  
 traditions 5
 
    L'effet des senteurs du bouquet a des effets un peu bizarres sur Inés qui veut frapper le photographe avec un bâton en bois de fer ... à l'aide !!!   
 
   Même si chez Jaco, on n'est pas fan d'objets de déco ou de souvenir de vacances, on a quand même succombé au charme de cet authentique artisanat marquisien. Les filles ont acheté des bijoux en os, bracelet pour Inés, boucle d'oreille pour Clém. On a précieusement gardé nos jolis colliers de graine et on ramené quelques objets de décoration: umete avec des graines de tamanu gravées, ukulélé, raie en bois de rose gravée et un joli tiki qui va nous amener plein de "mana" (puissance spirituelle des anciens dieux marquisiens) à la maison ...
 traditions 6
 
     On a souvent vu travailler devant nous les artisans... pas de "made in China" ou "made in Bali" donc caché dans un recoin de l'objet comme on en avait "trouvé" sur les paréos de Maupiti !!!
Tout est vraiment authentique sur ces îles éloignées ... on revient vraiment emballés par les Marquises, une destination vraiment à recommander ...  
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 07:31
    Sauf pour rejoindre les Marquises depuis les Tuamotus où nous passons une journée entière en mer (Tahiti est à 1500 km des Marquises et à la vitesse du bateau, 15 noeuds en moyenne, il faut quand même un peu de temps), nos journées sont remplies par différentes visites et vadrouilles à terre. Les courtes navigation inter-îles se font majoritairement de nuit. 
Mais il y a les p'tits déj', les fin d'après-midi, les soirées et les nuits à bord ... ce qui représente finalement ... beaucoup de temps passé sur le bateau ... 
Petites tranches de notre quinzaine à bord de l'Aranui ...
 
Les cabines qui nous sont attribuées sont spacieuses. Rose dort avec ses parents et les deux grands ont leur petite indépendance dans la cabine voisine. Cette fois, c'est Rose qui occupe "le mitard" (nom donné par Val au lit au-dessus de la cabine dans les camping-car qu'on a loués en NZ ou en Australie, d'habitude, c'est Val qui s'y collait). 
 
cabine
 
    A bord, pas de temps mort et il y en a pour tous les goûts.  Val et son copain Théo font de la gonflette, Clém et Louna participent à un défilé de mode organisé par la responsable de la boutique du bateau, In' et Dom s'initient au ukulélé et le soir Dom et ses potes Damien et Sylvain pêchent à l'arrière du bateau où un grand nombre de poissons sont attirés par les spots du navire. Carangues et bonites en feront les frais, au grand bonheur des marins qui adorent déjeuner au poisson grillé.
 
 activités
 
    Sur terre comme à bord, la musique est omniprésente. Danse et chant marquisiens nous ont accueillis dès notre arrivée sur le bateau. Des groupes locaux sont aussi montés à bord, parfois même dès le petit déjeuner ...
Puis, les soirs, l'ambiance était assurée par des marins de l'Aranui ou par des passagers de l'Aranui ... Bravo Inés et Pascal !!!
 
    animation
 
L'accès à la passerelle (le poste de commande) est facile : le capitaine et ses adjoints sont sympas et disponibles. On ira souvent faire un brin de causette avec eux. Il faut bien avouer qu'ils ne sont pas débordés par la surveillance du radar ou de l'horizon: cette année (c'est le quinzième et dernier voyage de l'année), sur la traversée Tuamotus/Marquises, ils n'ont vu  que ... 7 bateaux.
Même avec "Dom aux manettes", pas de Titanic bis (aucun iceberg non plus à signaler cette année ...)
Ils nous font donc visiter le poste de commande et quand Georges s'y colle, le show est assuré. Il est l'ingénieur Roumain qui a fabriqué le bateau dans son pays en 2002. Un contrat lui a été proposé pour rester sur le bateau, il a accepté et il navigue donc depuis 10 dans le Pacifique sud.
 
 passerelle
 
Pour les enfants, la piscine, c'est l'éclate, surtout quand le bateau navigue, avec la gîte, ça fait piscine à vague !!! 
 
 piscine
 
Super prestation à bord aussi de notre super nounou : Heitiare en charge des enfants (repas, goûters, animations) a super bien assuré: elle a organisé une boum, une chasse au trésor et plein d'autres activités auxquelles Rose a participé. Pendant que les deux grands "faisaient leur vie" avec leurs copains et copines respectifs, maman et papa étaient délestés de "leur petit boulet".
Merci Heitiare !!! 
 
 enfants
 
L'Aranui, c'est aussi pour qui veut prendre le temps d'aller à la rencontre des marins, l'occasion de faire connaissance avec des personnages hauts en couleur.
L'emblématique Jean-Claude, intégralement tatoué est l'un des deux grutiers. Avec 3 de ses collègues (dont le capitaine), ils naviguent sur des Aranui depuis 1983 (Aranui, puis Aranui 1, puis 2, puis 3 aujourd'hui).
Impossible de refuser bières et casse-coutes proposés par Tino et ses potes quand on se retrouvait à l'arrière du navire ...
 
marins
 
Evidemment, passer des journées à gravir des sommets ou courir les marchés artisanaux, ça donne soif. Surtout quand on est servies par un certain Jacob ... n'est-ce pas les filles ??? 
 
boire des coups
 
Sinon, c'est p'tit caftons dans la salle de conférence entre amis ...
    Bref, c'est dur les vacances !!!!! 
 
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 00:00

    De l'avis de tous, l'Aranui est le meilleur moyen de visiter les Marquises. En effet, chaque île est différente tant sur le plan culturel que pour ses paysages.

 

Nuku Hiva, un 4X4 nous fait visiter l'intérieur de l'île verdoyant qui offre de magnifiques panoramas sur les vallées. De la baie de Taiohae, on rejoint une autre baie plus au nord, celle de Hatiheu. D'impressionnantes arêtes basaltiques se dressent face à l'océan.

De là, une petite rando d'une heure et demi nous permet de rejoindre la baie d'Anaho avec ses plages de sable blanc.

L'accès aux principales baies et à l'intérieur de l'île est facile grâce à un réseau routier développé et en bon état. En venant de Tahiti où ce n'est pas du tout le cas, on apprécie ...

 

Nuku Hiva

 

   L'île de Ua Pou impressionne par la grande sécheresse qui y sévit à certains endroits. Seuls de petits acacias survivent  donnant parfois à l'île des airs de Provence au plus chaud de l'été. Mais le plus remarquable, ce sont ces pics vertigineux qui s'élèvent en pointe vers le ciel.

A chaque étape, après la visite du village et de son artisanat, des ballades sont proposées pour accéder à des points de vue magnifiques.

On pensait revenir avec quelques kilos en plus de la croisière, mais nos marches quasi quotidiennes nous permettent d'évacuer un peu le superflu accumulé au cours des festins à bord ou dans des restos les midi à terre !

 

 Ua Pou

 

   Même chose sur l'île de Hiva Oa (celle de Brel et Gauguin). Un truck nous amène sur les hauteurs du village d'Atuona et une marche de 2 heures nous révèle un panorama impressionnant sur la baie. Mais cette île est surtout visitée pour ses sites archéologiques de grande valeur.  

 

 Hiva Oa

 

    Tahuata est la plus petite des îles que nous visiterons. D'ailleurs, l'Aranui n'y fait qu'une courte étape pour décharger un peu de fret. On ne visitera pas le petit village principal.

Par contre, cette île est réputée pour ces magnifiques plages de sable blanc quasi désertes. On passera la journée sur une des ces plages avec l'équipage. C'est dimanche, c'est donc jour de repos pour les marins, pas de chargement, ni de déchargement aujourd'hui.

Comme il n'y a pas de lagon aux Marquises, les enfants s'éclatent dans les vagues. Baignade, palme/masque/tubas et gastronomie (pique-nique gargantuesque) sont au programme. 

Et sur la plage, un match de foot oppose les passagers à l'équipage. Résultat: Passagers:2, équipage:0 (but de Jacoberger à la 12ème minute).

 

 Tahuata

 

  Ua Huka est un peu l'île emblématique des Marquises. Elle est aussi appelée l'île aux chevaux. Du fait de la présence de chèvres et de chevaux sauvages, la végétation est très rase, quasi inexistante par endroit. La végétation est moins luxuriante que sur les autres îles.

On longe la côte sud où se trouvent les trois villages de l'île. La côte est très sauvage, difficile d'accès. On arrête souvent le conducteur du 4X4 qui nous trimbale pour admirer l'océan. On voit depuis le haut des tortues qui émergent du bleu alors que juste derrière nous, des chèvres et des chevaux sauvages broutent tranquillement, c'est superbe. 

 

 Ua Huka

 

    L'île de Fatu Hiva est sans contestation possible la plus belle et la plus sauvage. Depuis la mer ou depuis l'intérieur de l'île, les paysages sont à couper le souffle.

Les courageux Val, Clém et Dom entreprennent à pied la liaison entre les deux seuls villages de l'île : une randonnée de 17 km, avec 700 mètres de dénivelé souvent en plein soleil est le prix à payer pour admirer les paysages verdoyants de l'intérieur de l'île.

C'est sur la fin de la rando que les plus incroyables paysages sont à voir.  L'arrivée sur Hanavave nous donne l'impression d'avoir la baie des Vierges à nos pieds. Et que dire du village en lui-même, complètement improbable: une cinquantaine de maisons sont plantées entre d'immenses falaises au milieu de nulle part ... on prend la mesure de l'isolement de ces villages quand l'Aranui ne leur rend pas visite ...   

 Fatu Hiva rando

 

   Puis, ultime spectacle le soir de retour sur le bateau, le coucher de soleil sur la baie des Vierges qu'on avait vue depuis la montagne. Le soleil se couche en face de la baie, les couleurs alors sont superbes.

 

 Fatu Hiva baie des vierges

 

    Les magazines de voile, de bateaux classent régulièrement cette baie comme une des plus belle au monde pour le mouillage. Jeter son ancre comme le petit voilier sur la photo à cet endroit pour y passer quelques jours doit en effet être bien sympathique ...

Les Marquises sont candidates à l'inscription au patrimoine mondial de l'humanité auprès de l'UNESCO. Nul doute que de tels paysages devraient faire penser la balance du bon côté concernant l'instruction du dossier qui est en cours (verdict en 2017).     

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 22:14
  
Quand Jacques Brel navigue vers les Marquises, il est déjà malade. Il est en quête de repos, de tranquilité. En mouillant dans la baie d'Atuona sur l'île de Hiva Oa, il va être servi ... au point qu'il va s'y installer jusqu'à sa mort.
Il repose dans un petit cimetière sur les hauteurs d'Atuona à quelques mètres de la tombe de Paul Gauguin.
 
bg1
 
    Quand Brel débarque à Atuona en 1976, il rencontre des jeunes qui jouent de la guitare. Il les interpelle et leur emprunte leur guitare pour partager avec eux quelques accords. Les jeunes sont interloqués par ces accords bizarres qui ne ressemblent en rien à ce qu'ils ont toujours entendu ...
Brel alors au sommet de sa gloire internationale se rend compte que les jeunes ne le connaissent pas. Il se rend à la poste voir s'il a du courrier et là aussi, personne ne le reconnaît. Il prend rapidement sa décision, c'est dans ce village du bout du monde où il est complètement anonyme qu'il veut finir sa vie.
Il achète un terrain et une maison et en échange du bel accueil qu'il a reçu propose au maire du village ses services:
"Que sais-tu faire de mieux ? lui demande-t-on."
Brel répond qu'il sait assez bien chanter et jouer de la musique. On lui répond alors qu'à Hiva Oa, tout le monde sait chanter et jouer de la musique ...
Brel propose de mettre ses compétences de pilote aux services de la commune. Il acquiert "Jojo" un petit bi-moteur et va rendre différents services aux Marquisiens pendant les dernières années de sa vie. Il fait des évacuations sanitaires vers Tahiti, transporte différentes marchandises ... il sort un peu les Marquises de leur extrême isolement.
 
 bg 2
 
    La population garde de lui un excellent souvenir. On visite à Atunoa un petit musée qui retrace sa vie et son histoire d'amour avec les Marquises.
L'histoire de Gauguin est plus controversée. Ses moeurs plutôt libertines ne font pas de lui un grand homme sur le plan humain dans l'histoire des Marquises. On visitera un petit musée dédié à ses créations, mais aucune oeuvre orignale n'est restée aux Marquises. C'est pourtant ici qu'il a peint certains de ses plus beaux chefs d'oeuvre car il trouvait d'après lui une lumière sans équivalent au monde.   
Le Grand Jacques rend un hommage aux Marquises en consacrant à l'Archipel son dernier album. Il vante la magie de ces îles et la vertu de ses habitants à vivre ou survivre dans un grand isolement, hors du temps, mais toujours dans la joie et la simplicité.
 ... Gémir n'est pas de mise aux Marquises ...  
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 04:28

    Aujourd'hui, c'est jour de fête au village, c'est l'arrivée de l'Aranui !!! Le cargo a fait son "long chemin" depuis Tahiti (Ara signifie "chemin", nui signifie "grand"). Les 4X4 sont alignés sur le quai, la marchandise tant attendue est là.

Parfois, malgré les 6 mètres de tirant d'eau du cargo et souvent au prix de manoeuvres incroyables, il peut se mettre à quai et le déchargement est facile.

 Mais le plus souvent, dans l'impossibilité d'accoster, le bateau se met au mouillage dans la baie et la camelotte est déchargée par barges voire par baleinières quand les marins doivent slalomer entre les rochers !!!    

 

 

ara 1

 

    Chacun cherche alors sa commande, c'est l'effervescence. Toute sorte de marchandise est livrée: des véhicules, des machines à laver, des cuisses de poulet congelées ...

Puis, une fois la marchandise déchargée, les marins chargent les productions locales, fruits et coprah (noix de coco séchée) pour le chemin inverse.

Il faut faire vite, pas moins de 14 escales sont prévues en 11 jours sur "l'Aranui tour".

On découvre alors une autre facette de l'Aranui : quand il y a un "coup de bourre", comme le dernier jour à Ua Pou (prononcer "oua pow"), le capitaine et son second n'hésitent pas à venir prêter main forte aux marins, on les voit conduire les fenwick !!!

 ara 2

 

    Deux jeunes rameurs viennent de recevoir leur cadeau de Noël : des iatos tout neufs en carbone ! Les iatos sont les deux bras traditionnellement en bois qui maintiennent le flotteur sur le côté gauche de la pirogue. L'oeil pétillant, ils nous expliquent que le carbone est plus solide et plus léger, apportant plus de sécurité et de vitesse en mer.

    Cela fait moins moins d'une heure que l'Aranui est à quai  et les iatos sont déjà montés ! Dix minutes plus tard, on retrouve les deux compères au surf dans la baie puis en pleine mer avec leur va'a ... merci l'Aranui ... 

 ara 4

 

    Une autre "marchandise" pendant ce temps doit débarquer : les touristes impatients de découvrir un nouveau village. Comme pour le fret, on rejoint le village soit avec une barge ou une baleinière via l'échelle de coupée. C'est souvent très sportif et surtout marrant quand un papi ou une mamie loupe une marche ...

 ra 3

 

 

   Dans le port de Hakahau (île de Ua Pou), c'est la fête aussi pour les enfants. Ils jouent avec les haussières du cargo qui se tendent et se détendent en fonction des mouvements du bateau. Ils grimpent sur les cordes et les meilleurs équilibristes se retrouvent rapidement à 5 ou 6 mètres au-dessus du niveau de l'eau !!!

 

 ara 5

 

C'est un scandale, que fait l'agent en charge de la sécurité dans ce port ???

 ara 6

 

    Il ne fait rien et vu les sourires des jeunes marquisiens, il a bien raison !!!

Ca aussi, c'est l'insouciance marquisienne, profiter de l'instant et rien d'autre ...  

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 23:58

    Quand on est rentré de notre croisière sur l'Aranui, au moment d'ouvrir le portail, il y avait plein de petits lutins verts, sûrement des lutins du père Noël, qui se cachaient dans nos bananiers pour guetter notre retour. Ils devaient finir la tournée du Père Noël car quand on a ouvert la porte de la maison, on a trouvé des cadeaux. Le Père Noël était déjà passé sur le bateau, mais là, les enfants ont été encore plus gâtés !!!

C'était la première fois qu'on voyait des vrais lutins, il y en avait une dizaine (j'ai réussi à en prendre trois en photo). C'est bizarre, ils se ressemblaient tous et ont disparu comme par enchantement ...

 

On profite donc de cet événement pour souhaiter à tous nos lecteurs d'excellentes fêtes de fin d'année !!!

 

Ara 0

 

    Notre dernier voyage nous a donc emmené sur l'Aranui 3, surnommé "le cargo des mers du sud", à la découverte des Tuamotus et surtout des Marquises.  

Ce bateau a la caractéristique unique d'être mixte, il transporte fret (3800 tonnes max) et passagers (200 max). Historiquement, c'est un navire de marchandises. Sa vocation est de ravitailler les îles Marquises à 1600 km de Tahiti. Plusieurs îles peuvent maintenant accueillir des petits avions mais les premiers Aranui étaient les seuls véritables liens entre cet archipel ultra-isolé et le reste du monde.

L'armateur chinois eut l'idée d'emmener quelques touristes quand il a fait construire l'Aranui 1 (après le premier Aranui fabriqué en Nouvelle-Zélande). Le concept ayant rencontré un franc succès, la capacité d'accueil des deux Aranui suivants n'a cessé d'augmenter.

 

 Ara 1

 

    Pendant 12 jours, le bateau se déplace de baies en baies, alternant mouillage au large et amarrage à quai quand les conditions sont bonnes pour décharger les marchandises que les Marquisiens attendent avec impatience. La farandole des barges et  le travail des grues est déjà un spectacle impressionnant.

La vie à bord est aussi assez incroyable : la proximité entre marins et croisiéristes donne à ce voyage une grande dimension humaine. Certains marins sont vraiment hauts en couleurs et tous sont d'une extrême gentillesse.   

Et que dire des Marquises, ces îles sauvages d'une beauté saisissante ... Cet archipel semble hors du temps, si loin de tout ...

On ira vraiment de surprises en surprises sur ce voyage mythique.

 

Un exemple?

 

Imaginez une prison sans verrou, sans barreau, sans mur d'enceinte. Dans la vaste cour bien entretenue, il y a des bananiers et des manguiers. La vue à 180° depuis la cellule (chambre ?) donne sur une baie magnifique. Il y a deux prisonniers et trois gardiens (on n'en verra aucun). Seule contrainte : il ne faut pas franchir le caniveau devant la prison côté route ou la barrière en bois.  

Cette prison existe, c'est celle de Nuku Hiva

 

ARA 3

 

    Pas trop mal, non?

 

    Intrigués par ce bâtiment, on s'approche et on entame une conversation surréaliste avec l'un des deux détenus : 

"Venez vous asseoir, pour les visites normalement il faut demander au surveillant chef, mais comme hier c'était Noël, il n'est pas trop en forme ce matin, c'est bon, vous pouvez venir ..." 

Intrigué, je demande:

   " Personne n'a jamais tenté de s'évader ? "

Il me répond:

   "Pour aller où ? Tout le monde se connaît ici, et je suis pas fou, si je passe le caniveau, ma peine est doublée. Et je suis dans la plus belle prison du monde, regarde la vue ..."

Il enchaîne:

   "J'aime bien quand il y a l'Aranui, je discute avec les touristes, j'aime bien parler avec eux, ça me fait des visites".

 

Irréel ... 

 

C'est ça les Marquises, vraiment un autre monde, un autre univers.    

Partager cet article
Repost0